Lecture du jour : Is 26, 1-6

En ce jour-là, ce cantique sera chanté dans le pays de Juda : Nous avons une ville forte ! Le Seigneur a mis pour sauvegarde muraille et avant-mur. Ouvrez les portes ! Elle entrera, la nation juste, qui se garde fidèle. Immuable en ton dessein, tu préserves la paix, la paix de qui s’appuie sur toi. Prenez appui sur le Seigneur, à jamais, sur lui, le Seigneur, le Roc éternel. Il a rabaissé ceux qui siégeaient dans les hauteurs, il a humilié la cité inaccessible, l’a humiliée jusqu’à terre, et lui a fait mordre la poussière. Elle sera foulée aux pieds, sous le pied des pauvres, les pas des faibles.

Textes liturgiques © AELF, Paris

En ce début de prière, je fais silence en moi. Si des intentions ou des pensées sont trop prégnantes j’en parle au Seigneur. Une nouvelle fois, je lui demande d’ouvrir mon cœur, mes sens pour accueillir sa Parole de confiance, oser m’appuyer sur lui comme sur un roc. Au nom du Père et du Fils et du saint Esprit. Amen.

Anael Pin chante le Psaume 103.

La lecture de ce jour est tirée du livre d’Isaïe au chapitre 26.
En ce jour-là, ce cantique sera chanté dans le pays de Juda : Nous avons une ville forte ! Le Seigneur a mis pour sauvegarde muraille et avant-mur. Ouvrez les portes ! Elle entrera, la nation juste, qui se garde fidèle. Immuable en ton dessein, tu préserves la paix, la paix de qui s’appuie sur toi. Prenez appui sur le Seigneur, à jamais, sur lui, le Seigneur, le Roc éternel. Il a rabaissé ceux qui siégeaient dans les hauteurs, il a humilié la cité inaccessible, l’a humiliée jusqu’à terre, et lui a fait mordre la poussière. Elle sera foulée aux pieds, sous le pied des pauvres, les pas des faibles.

Textes liturgiques © AELF, Paris

1
Le prophète invite tout le peuple à chanter, à rendre grâces de ce que le Seigneur a fait pour leur sécurité, pour préserver la paix, à condition de Lui être fidèle. J’imagine ce chant, je me joins à la foule et chante aussi. Cependant si mon cœur n’y est pas, je demande au Seigneur de m’aider à croire à son soutien, à sa présence dans l’adversité.

2
« Prenez appui sur le Seigneur » ! L’appel est clair, toujours actuel. C’est un acte de foi. Je regarde cette image du roc, je fais le geste de m’y appuyer en redisant ces mots du prophète. Je demande cette confiance qui ose croire cette force de Dieu toujours là, aujourd’hui encore, quelles que soient les circonstances.

3
« Il a rabaissé ceux qui siégeaient dans les hauteurs » Ces mots sont très proches du chant de Marie à Elisabeth, avec cette insistance sur l’humilité. Il s’agit de se reconnaître « pauvre », totalement dépendant de Dieu, celui qui donne la vie tous les jours. Je médite cela et en parle au Seigneur.

Introduction à la deuxième écoute
Je réécoute ce court passage. Un mot, une attitude, une image peuvent être entendus différemment. Je reste attentif à ces légers mouvements.

Invitation à une prière personnelle
Pour terminer cette rencontre avec le Seigneur, je demande à Marie de m’apprendre à « garder toutes ces choses en mon cœur ». Puis, je m’adresse au Fils et au Père pour faire la même demande ou rendre grâces de ce qui m’a été donné.

Magnificat

Mon âme exalte le Seigneur, exulte mon esprit en Dieu mon Sauveur. Il s'est penché sur son humble servante, désormais, tous les âges me diront bienheureuse. Le Puissant fit pour moi des merveilles
Saint est son nom. Son amour s'étend d'âge en âge sur ceux qui le craignent. Déployant la force de son bras Il disperse les superbes, Il renverse les puissants de leurs trônes, Il élève les humbles. Il comble de biens les affamés renvoie les riches les mains vides. Il relève Israël son serviteur, Il se souvient de son amour, de la promesse faite à nos pères en faveur d'Abraham et de sa race, à jamais.
Rendons gloire au Père tout puissant à son fils Jésus Christ le Seigneur, à l'Esprit qui habite en nos cœurs pour les siècles des siècles, amen. Amen.
:
: