Notre Dieu prend soin de son peuple

Prions pour que l’engagement du personnel de santé envers les malades et les personnes âgées, en particulier dans les pays les plus pauvres, soit soutenu par les gouvernements et les communautés locales. »

Gestion de la pandémie de Covid, maltraitance des personnes âgées en Ehpad, mauvaise gestion de mouvements caritatifs… Si l’actualité se fait l’écho de la fatigue et du découragement des personnels de santé, elle ne manque pas nous rappeler que prendre soin de l’autre ne saurait relever que d’un engagement individuel des soignants. Par leurs actes, leurs actions, leurs implications, les gouvernants que nous choisissons – du moins en France -, décideurs, mais aussi associations et communautés ont leur place, leur responsabilité, dans ce « prendre soin ».

Notre Dieu est le Dieu de la vie, celui qui ne cesse de désirer prendre soin de son peuple, et Ezéchiel nous le rappelle avec force au chapitre 34 de son livre (Ez 34,11-16). Mais il nous rappelle tout autant la colère du Seigneur vis-à-vis de ceux qui ont la charge du troupeau et qui manquent à leur mission, qui sont défaillants vis-à-vis de leur tâche (Ez 34,2-10).

Les actes mêmes de Jésus rapportés dans l’évangile, nombre de ses paraboles, font écho aux paroles et aux actes de son Père rapportés chez Ezéchiel. Allons à la découverte de certains d’entre eux dans la prière.

Pas 1 : La tour de Siloë

[Jésus répondit :] « Et ces dix-huit personnes que la tour de Siloë a écrasées en s’écroulant, pensez-vous qu’elles étaient plus coupables que tous les autres habitants de Jérusalem ? Non vous dis-je. » Luc 13, 4 – 5a (Bible en français courant)

La tour s’écroule. Les Galiléens ne sont pas plus coupables que les autres, la responsabilité de leur mort n’est pas de leur côté. Alors qu’en est-il de ceux qui ont construit, qui ont laissé construire la tour. Il n’y avait sans doute pas de permis de construire à l’époque. Mais peut-être a-t-on privilégié la rapidité, les gains du constructeur ou du propriétaire du terrain ? Encore aujourd’hui dans le soin, que se passe-t-il si la vitesse, l’argent, l’intérêt personnel, la soif de gloriole sont privilégiés ? Que de questions sensibles en ces temps où des choix politiques s’ouvrent à nous.

Et moi, quel regard est-ce que je porte sur le pauvre, le malade ? N’ai-je pas aussi parfois tendance à le rendre rapidement responsable de sa situation ? Quelle conversion demander aujourd’hui au Seigneur ?

Pas 2 : La mort de Lazare

« Quand [Jésus] apprit que Lazare était malade, il resta encore deux jours à l’endroit où il se trouvait, puis il dit à ses disciples : ‘Retournons en Judée.’ Les disciples répliquèrent : ‘Rabbi, très récemment les autorités juives cherchaient à te tuer à coups de pierres et tu veux retourner là-bas ?’ Jésus leur dit : ‘Notre ami Lazare s’est endormi, mais je vais le réveiller.’ Les disciples répondirent : ‘Seigneur, s’il s’est endormi, il guérira.’ En fait, Jésus avait parlé de la mort de Lazare, mais les disciples pensaient qu’il parlait du sommeil ordinaire. Jésus leur dit alors clairement : ‘Lazare est mort. Je me réjouis pour vous de n’avoir pas été là-bas, parce qu’ainsi vous croirez en moi. Mais allons auprès de lui.’ Thomas, celui qu’on appelle ‘le jumeau’, dit aux autres disciples : ‘Allons-y, nous aussi, pour mourir avec notre Maître !’ » Jean 11, 6-7 et 11-16 (Bible en français courant)

Malgré l’appel de Marie et Marthe, Jésus demeure deux jours là où il était ; il prend du temps, le temps dont ont besoin ceux avec qui il est, il a tout son temps ; ce n’est pas souvent notre cas, ce n’est pas souvent le cas des soignants. Puis il va en Judée pour ramener Lazare à la vie, ce ne sera pas sans conséquence pour lui. S’engager pour la vie, pour le bien de l’autre, cela peut avoir un prix et ce prix est parfois élevé. La justice, l’égalité, la fraternité sont toujours à construire. Dans une grande lucidité Thomas perçoit cet enjeu, et non seulement il décide de suivre Jésus mais il invite ses amis à faire de même.

Et pour moi aujourd’hui, quels peuvent être les moments où comme Jésus, avec Jésus, je m’engage à prendre soin de l’autre ? Quelle est ma réponse aux sollicitations qui me sont adressées ? En quoi me parlent la lucidité et l’audace de Thomas ? Que peuvent-elles me dire de ma façon de mesurer les conséquences possibles de mes engagements ?

Pas 3 : La guérison un jour de sabbat

« [Jésus] entra de nouveau dans une synagogue ; il y avait là un homme qui avait la main paralysée. Les pharisiens observaient Jésus pour voir s’il le guérirait le jour du sabbat ; c’était pour l’accuser. Jésus dit à l’homme qui avait la main paralysée : ‘Lève-toi ! Viens au milieu.’ Et il leur dit : ‘Ce qui est permis le jour du sabbat, est-ce de faire le bien ou de faire le mal ? De sauver un être vivant ou de le tuer ?’ Mais eux se taisaient. Promenant sur eux un regard de colère, navré de l’endurcissement de leur cœur, il dit à cet homme : ‘Etends la main.’ Il l’étendit et sa main fut guérie. » Marc 3, 1-5 (TOB)

Comme son Père était en colère contre les bergers d’Israël (cf. Ezéchiel 34), Jésus est en colère contre les pharisiens qui préfèrent respecter une règle, une loi, plutôt que prendre soin d’un homme. Et cette attitude, nous la retrouvons certainement aujourd’hui auprès d’institutions pourtant censées prendre soin (« vous gagnez cinq euros de trop par mois, vous ne pouvez bénéficier d’une aide financière pour votre mutuelle », « il n’y a pas d’assistance au domicile possible pour votre maman »…).  Mais contrairement à ce qui nous arrive peut-être parfois, la colère de Jésus ne l’enferme pas, ne coupe pas la relation ; elle ouvre sur une prise en compte de l’autre, sur un bien. Encore une occasion de nous émerveiller de la façon de faire de ce Dieu fait homme.

Et moi aujourd’hui, quand je vois tant de mes frères humains privés de soins, quels sont mes découragements, mes colères ? Vers quoi me portent ces découragements et ces colères ? Que puis-je demander au Seigneur pour qu’il m’aide à en faire des chemins de vie ? Que demander quand ma prière s’élargit aux responsables politiques ?

Christian Alessis, et le Réseau Mondial de Prière du Pape en France

Download PDF Télécharger au format PDF

Cet article Notre Dieu prend soin de son peuple est apparu en premier sur Réseau Mondial de Prière du Pape.

L'article à été publié originellement sur ce site