Évangile du jour : Lc 21, 12-19

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « On portera la main sur vous et l’on vous persécutera ; on vous livrera aux synagogues et aux prisons, on vous fera comparaître devant des rois et des gouverneurs, à cause de mon nom. Cela vous amènera à rendre témoignage. Mettez-vous donc dans l’esprit que vous n’avez pas à vous préoccuper de votre défense. C’est moi qui vous donnerai un langage et une sagesse à laquelle tous vos adversaires ne pourront ni résister ni s’opposer. Vous serez livrés même par vos parents, vos frères, votre famille et vos amis, et ils feront mettre à mort certains d’entre vous. Vous serez détestés de tous, à cause de mon nom. Mais pas un cheveu de votre tête ne sera perdu. C’est par votre persévérance que vous garderez votre vie. »

;

Textes liturgiques © AELF, Paris

Au début de ce temps de prière, je respire longuement ; je demande à Dieu la grâce d’entrer dans l’intelligence de l’Évangile et de faire grandir en moi l’espérance Au nom du Père, et du Fils et du Saint Esprit. Amen

Le chœur du Séminaire français de Rome chante Dieu seul suffit.

La lecture de ce jour est tirée du chapitre 21 de l’Évangile selon saint Luc.
;


En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « On portera la main sur vous et l’on vous persécutera ; on vous livrera aux synagogues et aux prisons, on vous fera comparaître devant des rois et des gouverneurs, à cause de mon nom. Cela vous amènera à rendre témoignage. Mettez-vous donc dans l’esprit que vous n’avez pas à vous préoccuper de votre défense. C’est moi qui vous donnerai un langage et une sagesse à laquelle tous vos adversaires ne pourront ni résister ni s’opposer. Vous serez livrés même par vos parents, vos frères, votre famille et vos amis, et ils feront mettre à mort certains d’entre vous. Vous serez détestés de tous, à cause de mon nom. Mais pas un cheveu de votre tête ne sera perdu. C’est par votre persévérance que vous garderez votre vie. »

Textes liturgiques © AELF, Paris

1
Je prends le temps de reconnaître la violence dont nous parle ce passage : celle de notre monde, celle qui nous entoure, et celle dont je souffre aussi. Elle est signe d’une blessure, une blessure qui m’habite aussi peut-être. Avec le Seigneur, je regarde cette violence avec compassion.

2
Au-delà de la violence, nous sommes invités à une confiance et une espérance folle et belle. « Vous n’avez pas à vous préoccuper de votre défense. C’est moi qui vous donnerai un langage et une sagesse. » Je fais mémoire d’une fois où cela m’est arrivé et où j’ai été inspiré. Je rends grâce pour cette sagesse et cette défense.

3
« Pas un cheveu de votre tête ne sera perdu. » J’en ai peut-être déjà perdu. Ou certains des miens sont peut-être déjà blancs. Je prends le temps de me représenter ces cheveux, ceux que j’ai et ceux que j’ai perdu. Ont-ils du prix pour moi ? Lequel ? Je prends conscience qu’ils ont du prix pour Dieu et qu’ils peuvent me rappeler que Dieu tient à moi.

Introduction à la deuxième écoute
En réécoutant ce passage, je me rends attentif au souffle d’Espérance qui se dessine au-delà de la violence.
;

Invitation à une prière personnelle
À nouveau je prends la parole et je m’adresse à Dieu. Je lui confie notre monde blessé ou bien rend grâce pour une espérance qui surgit.

Notre Père
Notre Père qui es aux cieux,
que ton nom soit sanctifié,
que ton règne vienne,
que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour.
Pardonne-nous nos offenses,
comme nous pardonnons aussi
;
à ceux qui nous ont offensés.
Et ne nous laisse pas entrer en tentation,
mais délivre-nous du Mal.

Amen


Dieu seul suffit de Fr Jean-Baptiste de Jonchay interprété par Chœur du Séminaire français de Rome
«Misericordia in aeternum» © Éditions JADE Voir le site des Éditions JADE

:
: