Lecture du jour : Ac 16, 22-34

En ces jours-là, dans la ville de Philippes, la foule se déchaîna contre Paul et Silas. Les magistrats ordonnèrent de leur arracher les vêtements pour leur donner la bastonnade. Après les avoir roués de coups, on les jeta en prison, en donnant au geôlier la consigne de les surveiller de près. Pour appliquer cette consigne, il les mit tout au fond de la prison, avec les pieds coincés dans des blocs de bois.

Vers le milieu de la nuit, Paul et Silas priaient et chantaient les louanges de Dieu, et les autres détenus les écoutaient. Tout à coup, il y eut un violent tremblement de terre, qui secoua les fondations de la prison : à l’instant même, toutes les portes s’ouvrirent, et les liens de tous les détenus se détachèrent. Le geôlier, tiré de son sommeil, vit que les portes de la prison étaient ouvertes ; croyant que les détenus s’étaient évadés, il dégaina son épée et il était sur le point de se donner la mort. Mais Paul se mit à crier d’une voix forte : « Ne va pas te faire de mal, nous sommes tous là. »
Ayant réclamé de la lumière, le geôlier se précipita et, tout tremblant, se jeta aux pieds de Paul et de Silas. Puis il les emmena dehors et leur demanda : « Que dois-je faire pour être sauvé, mes seigneurs ? » Ils lui répondirent : « Crois au Seigneur Jésus, et tu seras sauvé, toi et toute ta maison. » Ils lui annoncèrent la parole du Seigneur, ainsi qu’à tous ceux qui vivaient dans sa maison. À l’heure même, en pleine nuit, le geôlier les emmena pour laver leurs plaies. Aussitôt, il reçut le baptême avec tous les siens. Puis il fit monter chez lui Paul et Silas, il fit préparer la table et, avec toute sa maison, il laissa déborder sa joie de croire en Dieu.

Textes liturgiques © AELF, Paris

Aujourd'hui nous sommes le mardi 24 mai, de la sixième semaine de Pâques.

Durant ce temps pascal, nous poursuivons la lecture du livre des Actes des Apôtres. Demandons à Dieu de nous faire goûter la joie de la Résurrection du Christ et de nous affermir dans l’Espérance. Au nom du Père, et du Fils et du Saint Esprit. Amen.

Les étudiants du Ignatius College, Zimbabwe, chantent The pain is gone.

La lecture de ce jour est tirée du chapitre 16 du livre des Actes des Apôtres.


En ces jours-là, dans la ville de Philippes, la foule se déchaîna contre Paul et Silas. Les magistrats ordonnèrent de leur arracher les vêtements pour leur donner la bastonnade. Après les avoir roués de coups, on les jeta en prison, en donnant au geôlier la consigne de les surveiller de près. Pour appliquer cette consigne, il les mit tout au fond de la prison, avec les pieds coincés dans des blocs de bois.
Vers le milieu de la nuit, Paul et Silas priaient et chantaient les louanges de Dieu, et les autres détenus les écoutaient. Tout à coup, il y eut un violent tremblement de terre, qui secoua les fondations de la prison : à l’instant même, toutes les portes s’ouvrirent, et les liens de tous les détenus se détachèrent. Le geôlier, tiré de son sommeil, vit que les portes de la prison étaient ouvertes ; croyant que les détenus s’étaient évadés, il dégaina son épée et il était sur le point de se donner la mort. Mais Paul se mit à crier d’une voix forte : « Ne va pas te faire de mal, nous sommes tous là. »
Ayant réclamé de la lumière, le geôlier se précipita et, tout tremblant, se jeta aux pieds de Paul et de Silas. Puis il les emmena dehors et leur demanda : « Que dois-je faire pour être sauvé, mes seigneurs ? » Ils lui répondirent : « Crois au Seigneur Jésus, et tu seras sauvé, toi et toute ta maison. » Ils lui annoncèrent la parole du Seigneur, ainsi qu’à tous ceux qui vivaient dans sa maison. À l’heure même, en pleine nuit, le geôlier les emmena pour laver leurs plaies. Aussitôt, il reçut le baptême avec tous les siens. Puis il fit monter chez lui Paul et Silas, il fit préparer la table et, avec toute sa maison, il laissa déborder sa joie de croire en Dieu.

Textes liturgiques © AELF, Paris



1

À Philippe, Paul et Silas troublent le commerce de quelques citoyens qui ameutent contre eux la foule. Sans jugement, ils sont durement battus et emprisonnés. Mais ils se trouvent miraculeusement libérés, et leur geôlier se convertit à l’Évangile. Nous contemplons cet homme rempli de joie : la vie lui a été rendue.

2

On peut se demander pourquoi tout cela est arrivé à Paul et Silas. Ce n’est pas à cause de ce qu’ils ont fait, mais pour que se réalise l’œuvre de Dieu : pour que cet homme, qui n’a pas même de nom, qui n’est qu’un subalterne sans importance, entre dans la joie. Ainsi en est-il peut-être de ce que nous traversons…

3

Paul et Silas, loin de protester et de se révolter, ont fait confiance à Dieu, et n’ont pas cessé de chanter sa louange. En faisant mémoire de ce que je traverse, de ce qui m’arrive, pourrais-je moi aussi, garder la louange de Dieu au cœur des épreuves que je subis, dans la confiance qu’elles servent à son dessein ?

Introduction à la deuxième écoute

En réécoutant ce récit, je me rends attentif au contraste entre les actes des hommes et le travail de Dieu.

Invitation à une prière personnelle

À la fin de ce temps de prière, je rends grâce à Dieu pour tout ce qui m’arrive, y compris pour ce que j’ai du mal à comprendre. Je peux aller jusqu’à lui demander la grâce d’être uni à son Fils qui a donné sa vie pour moi. Ou mettre en lui mon espérance et ma joie car rien n’est perdu, si c’est offert.

Prière finale
Prends, Seigneur et reçois,
toute ma liberté.
ma mémoire,
mon intelligence
et toute ma volonté;
Tout ce que j'ai et possède,
c'est Toi qui me l'as donné:
A Toi, Seigneur, je le rends
Tout est à Toi,
disposes-en selon Ton entière volonté.
Donne-moi ton amour et ta grâce :
c'est assez pour moi.



The Pain is gone de Saint Ignatius College Zimbabwe interprété par Saint Ignatius College Zimbabwe
«Light it up» © Saint Ignatius College Zimbabwe

Floating Bamboo de Suzanne Teng interprété par Suzanne Teng
«Enchanted Winds» © Creative Commons by-nc-sa license from Magnatunes voir la licence de Magnatunes

:
: