Évangile du jour : Mc 9, 41-50

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Celui qui vous donnera un verre d’eau au nom de votre appartenance au Christ, amen, je vous le dis, il ne restera pas sans récompense. Celui qui est un scandale, une occasion de chute, pour un seul de ces petits qui croient en moi, mieux vaudrait pour lui qu’on lui attache au cou une de ces meules que tournent les ânes, et qu’on le jette à la mer.

Et si ta main est pour toi une occasion de chute, coupe-la. Mieux vaut pour toi entrer manchot dans la vie éternelle que de t’en aller dans la géhenne avec tes deux mains, là où le feu ne s’éteint pas.
Si ton pied est pour toi une occasion de chute, coupe-le. Mieux vaut pour toi entrer estropié dans la vie éternelle que de t’en aller dans la géhenne avec tes deux pieds.
Si ton œil est pour toi une occasion de chute, arrache-le. Mieux vaut pour toi entrer borgne dans le royaume de Dieu que de t’en aller dans la géhenne avec tes deux yeux, là où le ver ne meurt pas et où le feu ne s’éteint pas.
Chacun sera salé au feu. C’est une bonne chose que le sel ; mais s’il cesse d’être du sel, avec quoi allez-vous lui rendre de la saveur ? Ayez du sel en vous-mêmes, et vivez en paix entre vous. »
Textes liturgiques © AELF, Paris

Une nouvelle journée s’offre à moi et j’en remercie le Seigneur. Je lui demande de venir me guider aujourd’hui et de m’éclairer particulièrement au cours de ce temps de prière. Au nom du Père, et du Fils et du Saint Esprit. Amen.

La Communauté de Taizé chante Staňte Se Solí : « Soyez le sel de la terre, cherchez le trésor de la foi. Soyez la lumière du monde qui brille dans les ténèbres ».


La lecture de ce jour est tirée du chapitre 9 de l’Évangile selon Saint Marc
En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Celui qui vous donnera un verre d’eau au nom de votre appartenance au Christ, amen, je vous le dis, il ne restera pas sans récompense. Celui qui est un scandale, une occasion de chute, pour un seul de ces petits qui croient en moi, mieux vaudrait pour lui qu’on lui attache au cou une de ces meules que tournent les ânes, et qu’on le jette à la mer.
Et si ta main est pour toi une occasion de chute, coupe-la. Mieux vaut pour toi entrer manchot dans la vie éternelle que de t’en aller dans la géhenne avec tes deux mains, là où le feu ne s’éteint pas.
Si ton pied est pour toi une occasion de chute, coupe-le. Mieux vaut pour toi entrer estropié dans la vie éternelle que de t’en aller dans la géhenne avec tes deux pieds.
Si ton œil est pour toi une occasion de chute, arrache-le. Mieux vaut pour toi entrer borgne dans le royaume de Dieu que de t’en aller dans la géhenne avec tes deux yeux, là où le ver ne meurt pas et où le feu ne s’éteint pas.
Chacun sera salé au feu. C’est une bonne chose que le sel ; mais s’il cesse d’être du sel, avec quoi allez-vous lui rendre de la saveur ? Ayez du sel en vous-mêmes, et vivez en paix entre vous. »
Textes liturgiques © AELF, Paris


1
Cet évangile est dur, il me bouscule peut-être par la violence de ses images et le langage direct utilisé par le Christ. Quelle comparaison, quelle expression me gêne le plus ? J’en parle au Seigneur.


2
Ces images excessives font suite à une autre image toute simple, banale : celle de donner un verre d’eau à quelqu’un. Un geste du quotidien, mais qui est ici réalisé au nom de son appartenance au Christ. Comment cela fait-il écho en moi ?


3
L’évangile de ce jour est pétri d’humanité : simplicité d’un geste qui peut tant apporter et images de violence ou de colère qui peuvent m’habiter. Il se termine dans une tonalité pleine d’espérance « Ayez du sel en vous-mêmes, et vivez en paix entre vous. » Quelle saveur vais-je donner aujourd’hui au sel qui est en moi ?


Introduction à la deuxième écoute
Je réécoute à nouveau cet évangile.


Invitation à une prière personnelle
Je termine cette prière en me tournant vers le Seigneur. Je peux lui demander de m’aider à témoigner de ma foi aujourd’hui par des mots simples et des gestes discrets, ou lui confier telle ou telle personne envers qui je souhaite témoigner de cette manière de mon soutien.


Prière finale
Mon fils/ma fille, qui es sur la terre,
Fais que ta vie soit le meilleur reflet de mon Nom.
Engage-toi pour mon Règne à chaque pas que tu fais,
Dans chaque décision que tu prends,
Dans chaque attitude et chaque geste.
Construis-le pour moi et avec moi.
C’est là ma volonté sur la terre comme au ciel.
Reçois le pain de chaque jour,
Conscient que c’est un privilège et un miracle.
Je pardonne tes erreurs, tes chutes, tes abandons,
Mais fais de même face à la fragilité de tes frères.
Lutte pour plus de justice et de paix
Et je serai à tes côtés.
N’aie pas peur :
Le mal n’aura pas le dernier mot.
Amen.
(Traduit d’après José Maria Rodriguez Olaizola s.j., Revue Jesuitas, Primavera 2017, p. 9)

Staňte Se Solí de Communauté de Taizé interprété par Communauté de Taizé
«Laudamus Te» © Communauté de Taizé Voir le site de Taizé

Seul l'amour – Carmel California de Jacques Burtin interprété par Jacques Burtin
«Le jour des merveilles» © ADF-Bayard Musique Voir le site de ADF-Bayard Musique

:
: