Lecture du jour : Jc 2, 1-9

Mes frères, dans votre foi en Jésus Christ, notre Seigneur de gloire, n’ayez aucune partialité envers les personnes.

Imaginons que, dans votre assemblée, arrivent en même temps un homme au vêtement rutilant, portant une bague en or, et un pauvre au vêtement sale. Vous tournez vos regards vers celui qui porte le vêtement rutilant et vous lui dites : « Assieds-toi ici, en bonne place » ; et vous dites au pauvre : « Toi, reste là debout », ou bien : « Assieds-toi au bas de mon marchepied ».

Cela, n’est-ce pas faire des différences entre vous, et juger selon de faux critères ? Écoutez donc, mes frères bien-aimés ! Dieu, lui, n’a-t-il pas choisi ceux qui sont pauvres aux yeux du monde pour en faire des riches dans la foi, et des héritiers du Royaume promis par lui à ceux qui l’auront aimé ? Mais vous, vous avez privé le pauvre de sa dignité.

Or n’est-ce pas les riches qui vous oppriment, et vous traînent devant les tribunaux ? Ce sont eux qui blasphèment le beau nom du Seigneur qui a été invoqué sur vous.

Certes, si vous accomplissez la loi du Royaume selon l’Écriture : Tu aimeras ton prochain comme toi-même, vous faites bien. Mais si vous montrez de la partialité envers les personnes, vous commettez un péché, et cette loi vous convainc de transgression.



Textes liturgiques © AELF, Paris

En ce jour Saint Jacques nous invite à ajuster nos relations entre nous, à nous accueillir les uns, les autres comme des frères et sœurs. Que l’écoute et la méditation de ta parole Seigneur nous donne de grandir dans cette conversion du cœur. Au nom du Père, et du Fils et du Saint Esprit. Amen.



Les Voix de l’Unité chantent Vous tous qui avez été baptisés en Christ.


La lecture de ce jour est tirée du chapitre deux de la lettre de saint Jacques


Mes frères, dans votre foi en Jésus Christ, notre Seigneur de gloire, n’ayez aucune partialité envers les personnes.

Imaginons que, dans votre assemblée, arrivent en même temps un homme au vêtement rutilant, portant une bague en or, et un pauvre au vêtement sale. Vous tournez vos regards vers celui qui porte le vêtement rutilant et vous lui dites : « Assieds-toi ici, en bonne place » ; et vous dites au pauvre : « Toi, reste là debout », ou bien : « Assieds-toi au bas de mon marchepied ».

Cela, n’est-ce pas faire des différences entre vous, et juger selon de faux critères ? Écoutez donc, mes frères bien-aimés ! Dieu, lui, n’a-t-il pas choisi ceux qui sont pauvres aux yeux du monde pour en faire des riches dans la foi, et des héritiers du Royaume promis par lui à ceux qui l’auront aimé ? Mais vous, vous avez privé le pauvre de sa dignité.

Or n’est-ce pas les riches qui vous oppriment, et vous traînent devant les tribunaux ? Ce sont eux qui blasphèment le beau nom du Seigneur qui a été invoqué sur vous.

Certes, si vous accomplissez la loi du Royaume selon l’Écriture : Tu aimeras ton prochain comme toi-même, vous faites bien. Mais si vous montrez de la partialité envers les personnes, vous commettez un péché, et cette loi vous convainc de transgression.


Textes liturgiques © AELF, Paris


1

Je fais mémoire de la parabole présentée par Jacques. Deux personnes arrivent à l’assemblée de prière. Spontanément le regard se tourne vers celui qui semble riche. On l’invite à prendre une bonne place. On se réjouit de sa présence. Tout le groupe en est honoré. Cela fait-il écho à un épisode de ma vie ?


2

La réaction face à celui qui semble pauvre est toute différente : « Toi, reste là debout », ou bien : « Assieds-toi au bas de mon marchepied ». Le pauvre va là où il reste de la place, et plutôt dans l’ombre. Là encore, je contemple la scène et vois si cela fait écho à un épisode de ma vie.


3

« Vous avez privé le pauvre de sa dignité. » Jacques est dur avec les auditeurs. Il va plus loin : « n’est-ce pas les riches qui vous oppriment, et vous traînent devant les tribunaux ? Ce sont eux qui blasphèment le beau nom du Seigneur qui a été invoqué sur vous. » Mais de quelle fausse richesse s’agit-il ?


Introduction à la deuxième écoute

J’écoute à nouveau cet extrait de lettre, comme si elle était adressée à ma communauté chrétienne.


Invitation à une prière personnelle

« Si vous montrez de la partialité envers les personnes, vous commettez un péché » nous dit Jacques. Humblement, je me tourne vers le Seigneur qui ne fait pas de différence entre les êtres humains. Je lui demande d’avoir son regard qui voit au-delà des apparences.


Prière finale

Gloire au Père,
et au Fils,
et au Saint-Esprit,
au Dieu qui est,
qui était, et qui vient,
pour les siècles des siècles.
Amen.

Vous tous qui avez été baptisés en Christ de André Gouzes interprété par Les voix de l'unité
«Les Voix de l''Unité» © Éditions JADE Voir le site des Éditions JADE

Seigneur, je t'appartiens de G. Du Boullay interprété par Communauté de l'Émmanuel
«Musiques pour prier n° 5: Symphonie pour Dieu» © Éditions de l'Émmanuel Voir le site des Éditions de l'Emmanuel

:
: