Lecture du jour : Is 45, 6b-8.18.21b-25

« Je suis le Seigneur, il n’en est pas d’autre : je façonne la lumière et je crée les ténèbres, je fais la paix et je crée le malheur. C’est moi, le Seigneur, qui fais tout cela. Cieux, distillez d’en haut votre rosée, que, des nuages, pleuve la justice, que la terre s’ouvre, produise le salut, et qu’alors germe aussi la justice. Moi, le Seigneur, je crée tout cela. » Ainsi parle le Seigneur, le Créateur des cieux, lui, le Dieu qui fit la terre et la façonna, lui qui l’affermit, qui l’a créée, non pas comme un lieu vide, mais qui l’a façonnée pour être habitée : « Je suis le Seigneur : il n’en est pas d’autre ! N’est-ce pas moi, le Seigneur ? Hors moi, pas de Dieu ; de Dieu juste et sauveur, pas d’autre que moi ! Tournez-vous vers moi : vous serez sauvés, tous les lointains de la terre ! Oui, je suis Dieu : il n’en est pas d’autre ! Je le jure par moi-même ! De ma bouche sort la justice, la parole irrévocable. Devant moi, tout genou fléchira, toute langue en fera le serment : Par le Seigneur seulement – dira-t-elle de moi – la justice et la force ! » Jusqu’à lui viendront, couverts de honte, tous ceux qui s’enflammaient contre lui. Elle obtiendra, par le Seigneur, justice et louange, toute la descendance d’Israël.

Textes liturgiques © AELF, Paris

En ce jour, je me présente devant le Seigneur tel que je suis. Je lui offre toute ma personne, je lui confie ce qui m’habite, ce qui me donne de la joie ou du souci. Que ce temps de prière à ses côtés me donne de redire ma foi au Dieu unique et plein de miséricorde. Au nom du Père, et du Fils et du Saint Esprit. Amen.

Le chœur du séminaire français de Rome chante le Rorate coeli : « Cieux, répandez d'en haut votre rosée, et que les nuées fassent pleuvoir le Juste : que la terre s'ouvre et qu'elle enfante le Sauveur ».

La lecture de ce jour est tirée du chapitre 45 du livre du prophète Isaïe.

« Je suis le Seigneur, il n’en est pas d’autre : je façonne la lumière et je crée les ténèbres, je fais la paix et je crée le malheur. C’est moi, le Seigneur, qui fais tout cela. Cieux, distillez d’en haut votre rosée, que, des nuages, pleuve la justice, que la terre s’ouvre, produise le salut, et qu’alors germe aussi la justice. Moi, le Seigneur, je crée tout cela. »

Ainsi parle le Seigneur, le Créateur des cieux, lui, le Dieu qui fit la terre et la façonna, lui qui l’affermit, qui l’a créée, non pas comme un lieu vide, mais qui l’a façonnée pour être habitée :

« Je suis le Seigneur : il n’en est pas d’autre ! N’est-ce pas moi, le Seigneur ? Hors moi, pas de Dieu ; de Dieu juste et sauveur, pas d’autre que moi ! Tournez-vous vers moi : vous serez sauvés, tous les lointains de la terre ! Oui, je suis Dieu : il n’en est pas d’autre ! Je le jure par moi-même ! De ma bouche sort la justice, la parole irrévocable. Devant moi, tout genou fléchira, toute langue en fera le serment : Par le Seigneur seulement – dira-t-elle de moi – la justice et la force ! »

Jusqu’à lui viendront, couverts de honte, tous ceux qui s’enflammaient contre lui. Elle obtiendra, par le Seigneur, justice et louange, toute la descendance d’Israël.

Textes liturgiques © AELF, Paris

1
« Je suis le Seigneur, il n’y en a pas d’autre ! » Par deux fois ce refrain revient dans cet oracle d’Isaïe. Et plus loin « Hors moi, pas de Dieu, de Dieu juste et sauveur. » Un instant, je contemple Dieu, l’unique, celui d’où vient toute vie, celui qui va se révéler dans quelques jours dans un enfant couché dans une mangeoire.

2

Ce passage souligne le lien entre salut et justice qui viennent de Dieu si la terre s’ouvre, si le croyant se tourne vers lui. À mon tour, j’offre ma vie comme un terre accueillante qui peut accueillir la rosée de la Parole de Dieu, d’un Dieu qui s’engage sans retour pour moi.

3
Il y a aussi sans doute des lieux dans ma vie qui restent cachés à la Parole nourrissante de Dieu, qui sont secs et attendent la rosée bienfaisante : avec douceur je les confie au Seigneur pour qu’il m’aide à les mettre sous son regard d’amour et de justice.

Introduction à la deuxième écoute

A nouveau écoutons cet oracle du prophète Isaïe. Cette terre en attente est ma vie.

Invitation à une prière personnelle
À la fin de ce temps de prière, je confie mes frères et mes sœurs en humanité pour qu’ensemble nous puissions découvrir davantage et vivre de cet amour de Dieu pour le monde.

Prière finale

Gloire au Père,

et au Fils,

et au Saint-Esprit,

au Dieu qui est,

qui était, et qui vient,

pour les siècles des siècles.

Amen.

Rorate caeli de Grégorien/G. de Sevin interprété par Chœur du Séminaire français de Rome
«Misericordia in aeternum» © Éditions JADE Voir le site des Éditions JADE

C'est par ta Grâce de L. Pavageau interprété par Communauté de l'Émmanuel
«Musiques pour prier n° 5: Symphonie pour Dieu» © Éditions de l'Émmanuel Voir le site des Éditions de l'Emmanuel

:
: