Lecture du jour : Is 41, 13-20

C’est moi, le Seigneur ton Dieu, qui saisis ta main droite, et qui te dis : « Ne crains pas, moi, je viens à ton aide. » Ne crains pas, Jacob, pauvre vermisseau, Israël, pauvre mortel. Je viens à ton aide – oracle du Seigneur ; ton rédempteur, c’est le Saint d’Israël. J’ai fait de toi un traîneau à battre le grain, tout neuf, à double rang de pointes : tu vas briser les montagnes, les broyer ; tu réduiras les collines en menue paille ; tu les vanneras, un souffle les emportera, un tourbillon les dispersera. Mais toi, tu mettras ta joie dans le Seigneur ; dans le Saint d’Israël, tu trouveras ta louange. Les pauvres et les malheureux cherchent de l’eau, et il n’y en a pas ; leur langue est desséchée par la soif. Moi, le Seigneur, je les exaucerai, moi, le Dieu d’Israël, je ne les abandonnerai pas. Sur les hauteurs dénudées je ferai jaillir des fleuves, et des sources au creux des vallées. Je changerai le désert en lac, et la terre aride en fontaines. Je planterai dans le désert le cèdre et l’acacia, le myrte et l’olivier ; je mettrai ensemble dans les terres incultes le cyprès, l’orme et le mélèze, afin que tous regardent et reconnaissent, afin qu’ils considèrent et comprennent que la main du Seigneur a fait cela, que le Saint d’Israël en est le créateur.

Textes liturgiques © AELF, Paris

En ce jour, je prends le temps de me poser, de faire de la place dans mon cœur pour accueillir le Seigneur. Il est là, présent à tout ce que je suis. Avec un signe de croix ou tout autre geste, je lui signifie ma présence à ses côtés. Au nom du Père, et du Fils et du Saint Esprit. Amen.

Le chœur du séminaire français de Rome chante le Rorate coeli : « Cieux, répandez d'en haut votre rosée, et que les nuées fassent pleuvoir le Juste : que la terre s'ouvre et qu'elle enfante le Sauveur ».

La lecture de ce jour est tirée du chapitre 41 du livre du prophète Isaïe

C’est moi, le Seigneur ton Dieu, qui saisis ta main droite, et qui te dis : « Ne crains pas, moi, je viens à ton aide. » Ne crains pas, Jacob, pauvre vermisseau, Israël, pauvre mortel. Je viens à ton aide – oracle du Seigneur ; ton rédempteur, c’est le Saint d’Israël. J’ai fait de toi un traîneau à battre le grain, tout neuf, à double rang de pointes : tu vas briser les montagnes, les broyer ; tu réduiras les collines en menue paille ; tu les vanneras, un souffle les emportera, un tourbillon les dispersera. Mais toi, tu mettras ta joie dans le Seigneur ; dans le Saint d’Israël, tu trouveras ta louange. Les pauvres et les malheureux cherchent de l’eau, et il n’y en a pas ; leur langue est desséchée par la soif. Moi, le Seigneur, je les exaucerai, moi, le Dieu d’Israël, je ne les abandonnerai pas. Sur les hauteurs dénudées je ferai jaillir des fleuves, et des sources au creux des vallées. Je changerai le désert en lac, et la terre aride en fontaines. Je planterai dans le désert le cèdre et l’acacia, le myrte et l’olivier ; je mettrai ensemble dans les terres incultes le cyprès, l’orme et le mélèze, afin que tous regardent et reconnaissent, afin qu’ils considèrent et comprennent que la main du Seigneur a fait cela, que le Saint d’Israël en est le créateur.

Textes liturgiques © AELF, Paris

1

« Ne crains pas, je viens à ton aide. » « ton rédempteur, c’est le Saint d’Israël. » « Tu mettras ta joie dans le Seigneur ; dans le Saint d’Israël, tu trouveras ta louange. » Au début de cette prière je redis au Seigneur ma confiance en son amour, en sa présence à mes côtés. Avec mes mots, je lui dis le prix qu’il a à mes yeux.

2

Face à la soif des pauvres et des malheureux, le Seigneur fera jaillir des fleuves, des sources, des lacs, des fontaines. Les déserts verront les arbres pousser. Je regarde ces lieux arides dans le monde : pays en guerre, famine, pauvreté de toutes sortes, solitudes ; Il leur est promis de pouvoir accueillir la vie.

3

« Que tous regardent et reconnaissent, que la main du Seigneur a fait cela, que le Saint d’Israël en est le créateur. » Dans ma vie, qu’est-ce qui peut témoigner de cette présence active de Dieu ? J’en rends grâce.

Introduction à la deuxième écoute

J’écoute à nouveau cet oracle d’Isaïe en étant attentif aux promesses de vie qui en débordent.

Invitation à une prière personnelle

Un instant, je fais mémoire de ce qui m’a touché durant ce temps de prière. J’en parle à Dieu qui veut pour moi la vie, la vie en plénitude.

Âme du Christ

Âme du Christ, sanctifie-moi,
Corps du Christ, sauve-moi,
Sang du Christ, enivre-moi,
Eau du côté du Christ, lave-moi,
Passion du Christ, fortifie-moi.
Ô bon Jésus, exauce-moi.
Dans tes blessures, cache-moi.
Ne permets pas que je sois séparé de toi.
De l’ennemi défends-moi.
À ma mort appelle-moi.
Ordonne-moi de venir à toi,
Pour qu’avec tes saints je te loue,
Dans les siècles des siècles, Amen.

Rorate caeli de Grégorien/G. de Sevin interprété par Chœur du Séminaire français de Rome
«Misericordia in aeternum» © Éditions JADE Voir le site des Éditions JADE

Sonate pour kora No. 1, L'or jeté au fleuve : Éloge de la fragilité de Jacques Burtin interprété par Jacques Burtin
«Le jour des merveilles» © ADF-Bayard Musique Voir le site de ADF-Bayard Musique

:
: