Lecture du jour : Ac 13, 14.43-52

En ces jours-là, Paul et Barnabé poursuivirent leur voyage au-delà de Pergé et arrivèrent à Antioche de Pisidie. Le jour du sabbat, ils entrèrent à la synagogue et prirent place. Une fois l’assemblée dispersée, beaucoup de Juifs et de convertis qui adorent le Dieu unique les suivirent. Paul et Barnabé, parlant avec eux, les encourageaient à rester attachés à la grâce de Dieu.
Le sabbat suivant, presque toute la ville se rassembla pour entendre la parole du Seigneur. Quand les Juifs virent les foules, ils s’enflammèrent de jalousie ; ils contredisaient les paroles de Paul et l’injuriaient. Paul et Barnabé leur déclarèrent avec assurance : « C’est à vous d’abord qu’il était nécessaire d’adresser la parole de Dieu. Puisque vous la rejetez et que vous-mêmes ne vous jugez pas dignes de la vie éternelle, eh bien ! nous nous tournons vers les nations païennes. C’est le commandement que le Seigneur nous a donné : J’ai fait de toi la lumière des nations pour que, grâce à toi, le salut parvienne jusqu’aux extrémités de la terre. »
En entendant cela, les païens étaient dans la joie et rendaient gloire à la parole du Seigneur ; tous ceux qui étaient destinés à la vie éternelle devinrent croyants. Ainsi la parole du Seigneur se répandait dans toute la région. Mais les Juifs provoquèrent l’agitation parmi les femmes de qualité adorant Dieu, et parmi les notables de la cité ; ils se mirent à poursuivre Paul et Barnabé, et les expulsèrent de leur territoire. Ceux-ci secouèrent contre eux la poussière de leurs pieds et se rendirent à Iconium, tandis que les disciples étaient remplis de joie et d’Esprit Saint.

Textes liturgiques © AELF, Paris

Aujourd'hui nous sommes le 8 mai, 4e dimanche de Pâques. Nous célébrons aussi la fin de la seconde guerre mondiale.

Au début de ce temps de prière tournons-nous vers le Seigneur qui « connaît toute chose ». Nous pouvons lui demander qu’il oriente tout notre être vers son amour, et que nous œuvrions toujours pour la paix entre les peuples. Au nom du Père, et du Fils et du Saint Esprit. Amen

La Communauté de Taizé chante Ô toi l’au-delà de tout.

La lecture de ce jour est tirée du chapitre 13 du livre des Actes des Apôtres

En ces jours-là, Paul et Barnabé poursuivirent leur voyage au-delà de Pergé et arrivèrent à Antioche de Pisidie. Le jour du sabbat, ils entrèrent à la synagogue et prirent place. Une fois l’assemblée dispersée, beaucoup de Juifs et de convertis qui adorent le Dieu unique les suivirent. Paul et Barnabé, parlant avec eux, les encourageaient à rester attachés à la grâce de Dieu.
Le sabbat suivant, presque toute la ville se rassembla pour entendre la parole du Seigneur. Quand les Juifs virent les foules, ils s’enflammèrent de jalousie ; ils contredisaient les paroles de Paul et l’injuriaient. Paul et Barnabé leur déclarèrent avec assurance : « C’est à vous d’abord qu’il était nécessaire d’adresser la parole de Dieu. Puisque vous la rejetez et que vous-mêmes ne vous jugez pas dignes de la vie éternelle, eh bien ! nous nous tournons vers les nations païennes. C’est le commandement que le Seigneur nous a donné : J’ai fait de toi la lumière des nations pour que, grâce à toi, le salut parvienne jusqu’aux extrémités de la terre. »
En entendant cela, les païens étaient dans la joie et rendaient gloire à la parole du Seigneur ; tous ceux qui étaient destinés à la vie éternelle devinrent croyants. Ainsi la parole du Seigneur se répandait dans toute la région. Mais les Juifs provoquèrent l’agitation parmi les femmes de qualité adorant Dieu, et parmi les notables de la cité ; ils se mirent à poursuivre Paul et Barnabé, et les expulsèrent de leur territoire. Ceux-ci secouèrent contre eux la poussière de leurs pieds et se rendirent à Iconium, tandis que les disciples étaient remplis de joie et d’Esprit Saint.

Textes liturgiques © AELF, Paris

1

En contemplant ce passage des Actes des Apôtres je me rends attentif à la manière dont la Bonne Nouvelle se fraye un chemin à travers les méandres des relations humaines, de leurs enfermements ou de leurs ouvertures.

2

« Le sabbat suivant, presque toute la ville se rassembla pour entendre la parole du Seigneur ». Luc nous décrit ici une foule enthousiaste, qui a soif de la Parole de Dieu. Je m’interroge : que cherche-t-elle ? Qu’est-ce qui la motive ? Qu’est-ce que je cherche, moi ? J’essaie de nommer mon désir.

3

« J’ai fait de toi la lumière des nations pour que, grâce à toi, le salut parvienne jusqu’aux extrémités de la terre. » Si Jésus est la lumière des nations, il nous envoie au devant de lui. Nous participons à la lumière de sa présence qui offre le salut à toute l’humanité. Comment entendre cela pour moi aujourd’hui, ici et maintenant ?

Introduction à la deuxième écoute

En écoutant une seconde fois ce passage des Actes des Apôtres je me rends attentif à la liberté de Paul et Barnabé.

Invitation à une prière personnelle

Dans un cœur à cœur avec le Seigneur, avec mes mots, je dis ma joie d’être un de ses amis. J’en rends gloire à Dieu.

Prière d'offrande de Saint Ignace

Prends, Seigneur et reçois,
toute ma liberté.
ma mémoire,
mon intelligence
et toute ma volonté;
Tout ce que j'ai et possède,
c'est Toi qui me l'as donné:
A Toi, Seigneur, je le rends
Tout est à Toi,
disposes-en selon Ton entière volonté.
Donne-moi ton amour et ta grâce :
c'est assez pour moi.

Ô toi, l'au-delà de tout de Grégoire de Naziance, Musique : Taizé interprété par Communauté de Taizé
«Ô toi, l'au-delà de tout» © Communauté de Taizé Voir le site de Taizé

For the Beauty of the Earth de Traditional interprété par Jeff Wahl
«The Hymns Album» © Creative Commons by-nc-sa license from Magnatunes voir la licence de Magnatunes

:
: