Lecture du jour : 1 R 3, 4-13

En ces jours-là, le roi Salomon se rendit à Gabaon, qui était alors le lieu sacré le plus important, pour y offrir un sacrifice ; il immola sur l’autel un millier de bêtes en holocauste. À Gabaon, pendant la nuit, le Seigneur lui apparut en songe. Dieu lui dit : « Demande ce que je dois te donner. » Salomon répondit : « Tu as traité ton serviteur David, mon père, avec une grande fidélité, lui qui a marché en ta présence dans la loyauté, la justice et la droiture de cœur envers toi. Tu lui as gardé cette grande fidélité, tu lui as donné un fils qui est assis maintenant sur son trône. Ainsi donc, Seigneur mon Dieu, c’est toi qui m’as fait roi, moi, ton serviteur, à la place de David, mon père ; or, je suis un tout jeune homme, ne sachant comment se comporter, et me voilà au milieu du peuple que tu as élu ; c’est un peuple nombreux, si nombreux qu’on ne peut ni l’évaluer ni le compter. Donne à ton serviteur un cœur attentif pour qu’il sache gouverner ton peuple et discerner le bien et le mal ; sans cela, comment gouverner ton peuple, qui est si important ? » Cette demande de Salomon plut au Seigneur, qui lui dit : « Puisque c’est cela que tu as demandé, et non pas de longs jours, ni la richesse, ni la mort de tes ennemis, mais puisque tu as demandé le discernement, l’art d’être attentif et de gouverner, je fais ce que tu as demandé : je te donne un cœur intelligent et sage, tel que personne n’en a eu avant toi et que personne n’en aura après toi. De plus, je te donne même ce que tu n’as pas demandé, la richesse et la gloire, si bien que pendant toute ta vie tu n’auras pas d’égal parmi les rois. »


Textes liturgiques © AELF, Paris

Je dispose tout mon être, mon corps et mon esprit dans le silence à la rencontre du Seigneur, à l’écoute de Sa parole. Je lui demande la grâce de la laisser agir en moi afin qu’elle puisse me vivifier. Au nom du Père, et du Fils et du Saint Esprit. Amen

En ce samedi nous entrons en prière en compagnie de Marie, avec Plus haut que les cieux de l’Abbaye d’Aiguebelle : « Un signe joyeux se lève aux ténèbres, voici que Marie répond à son Dieu ».

La lecture de ce jour est tirée du premier livre des Rois au chapitre 3

En ces jours-là, le roi Salomon se rendit à Gabaon, qui était alors le lieu sacré le plus important, pour y offrir un sacrifice ; il immola sur l’autel un millier de bêtes en holocauste. À Gabaon, pendant la nuit, le Seigneur lui apparut en songe. Dieu lui dit : « Demande ce que je dois te donner. » Salomon répondit : « Tu as traité ton serviteur David, mon père, avec une grande fidélité, lui qui a marché en ta présence dans la loyauté, la justice et la droiture de cœur envers toi. Tu lui as gardé cette grande fidélité, tu lui as donné un fils qui est assis maintenant sur son trône. Ainsi donc, Seigneur mon Dieu, c’est toi qui m’as fait roi, moi, ton serviteur, à la place de David, mon père ; or, je suis un tout jeune homme, ne sachant comment se comporter, et me voilà au milieu du peuple que tu as élu ; c’est un peuple nombreux, si nombreux qu’on ne peut ni l’évaluer ni le compter. Donne à ton serviteur un cœur attentif pour qu’il sache gouverner ton peuple et discerner le bien et le mal ; sans cela, comment gouverner ton peuple, qui est si important ? » Cette demande de Salomon plut au Seigneur, qui lui dit : « Puisque c’est cela que tu as demandé, et non pas de longs jours, ni la richesse, ni la mort de tes ennemis, mais puisque tu as demandé le discernement, l’art d’être attentif et de gouverner, je fais ce que tu as demandé : je te donne un cœur intelligent et sage, tel que personne n’en a eu avant toi et que personne n’en aura après toi. De plus, je te donne même ce que tu n’as pas demandé, la richesse et la gloire, si bien que pendant toute ta vie tu n’auras pas d’égal parmi les rois. »

Textes liturgiques © AELF, Paris

1
Dieu vient trouver le roi Salomon en songe et lui demande ce qu’Il doit lui donner. Je contemple la scène en prêtant particulièrement attention à la réponse de Salomon que je fais mienne : « Donne à ton serviteur un cœur attentif pour qu’il sache gouverner son peuple et discerner le bien et le mal ».

2
Salomon recherche les moyens de bien gouverner le peuple dont il a la charge, le peuple de Dieu. Ma pensée et ma prière se tournent vers tous ceux et toutes celles qui ont une mission de gouvernance. Je les présente à Dieu en demandant qu’ils soient dirigés par le souci du bien commun.

3
Dieu répond à la demande de Salomon et lui donne « un cœur intelligent et sage ». Salomon est un exemple de sagesse. A mon tour, je demande au Seigneur « un cœur intelligent et sage » pour gouverner ma vie.

Introduction à la deuxième écoute
Dans une deuxième écoute, je m’attache aux paroles de Salomon qui reconnaît la fidélité de Dieu à l’égard de son père David et à son propre égard. Il réclame humblement à Dieu sa Sagesse car il ne sait comment se comporter.

Invitation à une prière personnelle
Je me tourne vers le Seigneur, conscient(e) de mes insuffisances et lui demande discernement et sagesse afin de conduire ma vie selon sa Loi d’amour. Je peux lui confier une situation qui m’habite particulièrement en ces jours.

Prière finale

Prends, Seigneur et reçois,
toute ma liberté.
ma mémoire,
mon intelligence
et toute ma volonté;
Tout ce que j'ai et possède,
c'est Toi qui me l'as donné:
A Toi, Seigneur, je le rends
Tout est à Toi,
disposes-en selon Ton entière volonté.
Donne-moi ton amour et ta grâce :
c'est assez pour moi.

Plus haut que les cieux de S. Marie-Pierre interprété par Abbaye d'Aiguebelle
«Marie» © Abbaye Notre Dame d'Aiguebelle Voir le site de l'Abbaye dAiguebelle

Ave Maria de Franz Schubert, arr. Chad Lawson interprété par Chad Lawson
«The Space Between» © Creative Commons by-nc-sa license from Magnatunes voir la licence de Magnatunes

:
: