Évangile du jour : Mt 16, 13-23

En ce temps-là, Jésus, arrivé dans la région de Césarée-de-Philippe, demandait à ses disciples : « Au dire des gens, qui est le Fils de l’homme ? » Ils répondirent : « Pour les uns, Jean le Baptiste ; pour d’autres, Élie ; pour d’autres encore, Jérémie ou l’un des prophètes. »

Jésus leur demanda : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? » Alors Simon-Pierre prit la parole et dit : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant ! »

Prenant la parole à son tour, Jésus lui dit : « Heureux es-tu, Simon fils de Yonas : ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux. Et moi, je te le déclare : Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église ; et la puissance de la Mort ne l’emportera pas sur elle. Je te donnerai les clés du royaume des Cieux : tout ce que tu auras lié sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu auras délié sur la terre sera délié dans les cieux. » Alors, il ordonna aux disciples de ne dire à personne que c’était lui le Christ. À partir de ce moment, Jésus commença à montrer à ses disciples qu’il lui fallait partir pour Jérusalem, souffrir beaucoup de la part des anciens, des grands prêtres et des scribes, être tué, et le troisième jour ressusciter.
Pierre, le prenant à part, se mit à lui faire de vifs reproches : « Dieu t’en garde, Seigneur ! cela ne t’arrivera pas. » Mais lui, se retournant, dit à Pierre : « Passe derrière moi, Satan ! Tu es pour moi une occasion de chute : tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes. »

Textes liturgiques © AELF, Paris

Aujourd'hui nous sommes le jeudi 4 août et nous fêtons saint Jean-Marie Vianney.

En ce jour, je me dispose à la rencontre avec le Seigneur. Je me montre attentif à ce que je vais écouter. Je demande à Jésus de le connaître intérieurement. Au nom du Père, et du Fils et du Saint Esprit. Amen.

Cristobal Fones chante Tu modo : « enseigne-moi ta manière d’être Seigneur, donne-moi de mettre mes pas dans les tiens ».

La lecture de ce jour est tirée du chapitre 16 de l’Évangile selon Saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus, arrivé dans la région de Césarée-de-Philippe, demandait à ses disciples : « Au dire des gens, qui est le Fils de l’homme ? » Ils répondirent : « Pour les uns, Jean le Baptiste ; pour d’autres, Élie ; pour d’autres encore, Jérémie ou l’un des prophètes. »
Jésus leur demanda : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? » Alors Simon-Pierre prit la parole et dit : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant ! »
Prenant la parole à son tour, Jésus lui dit : « Heureux es-tu, Simon fils de Yonas : ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux. Et moi, je te le déclare : Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église ; et la puissance de la Mort ne l’emportera pas sur elle. Je te donnerai les clés du royaume des Cieux : tout ce que tu auras lié sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu auras délié sur la terre sera délié dans les cieux. » Alors, il ordonna aux disciples de ne dire à personne que c’était lui le Christ. À partir de ce moment, Jésus commença à montrer à ses disciples qu’il lui fallait partir pour Jérusalem, souffrir beaucoup de la part des anciens, des grands prêtres et des scribes, être tué, et le troisième jour ressusciter.
Pierre, le prenant à part, se mit à lui faire de vifs reproches : « Dieu t’en garde, Seigneur ! cela ne t’arrivera pas. » Mais lui, se retournant, dit à Pierre : « Passe derrière moi, Satan ! Tu es pour moi une occasion de chute : tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes. »

Textes liturgiques © AELF, Paris

1
« Pour vous, qui suis-je ? C’est par cette question que Jésus interpelle ses disciples sur son identité. Je la laisse résonner en moi. Et, je m’interroge : « qui est pour moi Jésus ? ». Est-il un sage ? un prophète ? le fils de Dieu ? Comment puis-je répondre personnellement à cette question ?

2

Saisi par l’esprit Saint, Pierre déclare avec force que Jésus est le Christ, le fils de Dieu vivant. Jésus témoigne alors à Pierre toute sa confiance en lui indiquant qu’il aura en sa possession les clefs du Royaume. Et moi-même, m’arrive-t-il comme Pierre de me laisser saisir par l’esprit Saint ? Et, qu’est-ce que j’en fais ?

3

En un instant, c’est la douche froide pour Pierre. Lui qui avait tout compris de l’identité de Jésus, il se voit réprimander par son maître. Il n’arrive pas encore à admettre que Jésus sera le messie souffrant, celui qui mourra sur la croix. Et, moi-même qu’est-ce qui fait obstacle dans ma relation à Jésus ?

Introduction à la deuxième écoute

En écoutant à nouveau l’Évangile, je me montre attentif au lien qui se noue entre Jésus et Pierre.

Invitation à une prière personnelle

Au terme de ma méditation, je remets à Jésus, Messie et fils de Dieu, ma vie entière. Je lui remets mes joies, mes peines, mes interrogations, etc. Comme Pierre, je me laisse guider par l’esprit Saint dans un cœur à cœur avec Jésus. Je peux aussi confier au Seigneur les prêtres que je connais en ce jour de la fête de saint Jean-Marie Vianney.

Notre Père

Notre Père, qui es aux cieux,
que ton nom soit sanctifié,
que ton règne vienne,
que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour.
Pardonne-nous nos offenses,
comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés.
Et ne nous laisse pas entrer en tentation
mais délivre-nous du Mal.
Amen.

Tu modo de Francis Adão, SJ interprété par Cristóbal Fones
«Ite inflammata omnia» © Cristóbal Fones Voir le site de Cristóbal Fones

:
: