Lecture du jour : Rm 2, 1-11

Toi, l’homme qui juge, tu n’as aucune excuse, qui que tu sois : quand tu juges les autres, tu te condamnes toi-même car tu fais comme eux, toi qui juges. Or, nous savons que Dieu juge selon la vérité ceux qui font de telles choses. Et toi, l’homme qui juge ceux qui font de telles choses et les fais toi-même, penses-tu échapper au jugement de Dieu ? Ou bien méprises-tu ses trésors de bonté, de longanimité et de patience, en refusant de reconnaître que cette bonté de Dieu te pousse à la conversion ? Avec ton cœur endurci, qui ne veut pas se convertir, tu accumules la colère contre toi pour ce jour de colère, où sera révélé le juste jugement de Dieu, lui qui rendra à chacun selon ses œuvres. Ceux qui font le bien avec persévérance et recherchent ainsi la gloire, l’honneur et une existence impérissable, recevront la vie éternelle ; mais les intrigants, qui se refusent à la vérité pour se donner à l’injustice, subiront la colère et la fureur. Oui, détresse et angoisse pour tout homme qui commet le mal, le Juif d’abord, et le païen. Mais gloire, honneur et paix pour quiconque fait le bien, le Juif d’abord, et le païen. Car Dieu est impartial.
 

Textes liturgiques © AELF, Paris

Au début de cette prière, je laisse mes préoccupations pour me tourner vers le Dieu de bonté ; j’ouvre mes mains en signe d’accueil. Je demande la grande grâce de pouvoir regarder les autres, dont mes proches, avec le regard même de Dieu. Au nom du Père, et du Fils et du Saint Esprit. Amen
 
Nous entrons en prière avec Mysterium Amoris de Margaret Rizza : « Le sens de la vie est un mystère d’amour. Comme les racines d’un arbre qui contiennent la terre, ainsi fermement les racines de l’amour enserrent le vivre-ensemble ».
 
1
« Méprises-tu les trésors de bonté, de longanimité et de patience de Dieu ? » : je contemple avec quelle bonté le Seigneur me conduit. Il reste fidèle et constant dans son amour malgré mes fautes, mon indifférence, mes manques de foi . Il n’a pas peur de me laisser le temps dans ma relation avec Lui, d’attendre le moment où mon cœur sera prêt.
 
2
« Reconnaître que cette bonté de Dieu te pousse à la conversion » : est-ce que je réalise que c’est un amour qui me sollicite ? Un instant, je prends conscience de tant de bonté à mon égard et à l’égard des autres. À quel changement suis-je ainsi appelé dans ma manière d’accueillir le Seigneur et les autres ?
 
3
« Toi, l’homme qui juge, tu n’as aucune excuse, qui que tu sois ». « Qui suis-je pour juger ? » (Pape François). L’apôtre Paul interpelle vivement ici les Juifs qui s’estimaient supérieurs. « Dieu rendra à chacun selon ses œuvres ». Dans les jours passés, je me suis trouvé en position de juger. N’ai-je pas pris alors la place de Dieu ? Je médite cela.
 
Introduction à la deuxième écoute
« Ceux qui font le bien avec persévérance recevront la vie éternelle » : En écoutant à nouveau saint Paul, je contemple ces millions d’hommes et de femmes de tous pays et de toutes cultures qui vivent de façon droite, selon leur conscience ou leur foi.
 
Invitation à une prière personnelle
À la fin de ce temps de prière, je me tourne vers le Père miséricordieux. Je peux rester sous son regard plein d’amour et de pardon à mon égard. Je lui demande de pouvoir persévérer à faire le bien, à vivre l’Évangile.
 
Notre Père
Notre Père qui es aux cieux,
que ton nom soit sanctifié,
que ton règne vienne,
que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour.
Pardonne-nous nos offenses,
comme nous pardonnons aussi
à ceux qui nous ont offensés.
Et ne nous laisse pas entrer en tentation,
mais délivre-nous du Mal.

Amen

Mysterium Amoris de Margaret Rizza interprété par
«Christe Lux Mundi» © Communauté de Taizé Voir le site de Taizé

Six chants syldaves - I Pavane de Jacques Burtin interprété par Jacques Burtin et Barbara Marcinkowska
«Le jour des merveilles» © ADF-Bayard Musique Voir le site de ADF-Bayard Musique

:
: