Évangile du jour : Lc 6, 39-45

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples en parabole :

« Un aveugle peut-il guider un autre aveugle ? Ne vont-ils pas tomber tous les deux dans un trou ? Le disciple n’est pas au-dessus du maître ; mais une fois bien formé, chacun sera comme son maître.
Qu’as-tu à regarder la paille dans l’œil de ton frère, alors que la poutre qui est dans ton œil à toi, tu ne la remarques pas ? Comment peux-tu dire à ton frère : ‘Frère, laisse-moi enlever la paille qui est dans ton œil’, alors que toi-même ne vois pas la poutre qui est dans le tien ? Hypocrite ! Enlève d’abord la poutre de ton œil ; alors tu verras clair pour enlever la paille qui est dans l’œil de ton frère.
Un bon arbre ne donne pas de fruit pourri ; jamais non plus un arbre qui pourrit ne donne de bon fruit. Chaque arbre, en effet, se reconnaît à son fruit : on ne cueille pas des figues sur des épines ; on ne vendange pas non plus du raisin sur des ronces. L’homme bon tire le bien du trésor de son cœur qui est bon ; et l’homme mauvais tire le mal de son cœur qui est mauvais : car ce que dit la bouche, c’est ce qui déborde du cœur. »
Textes liturgiques © AELF, Paris

En ce premier jour de la semaine, j’entends l’invitation du Seigneur d’écouter sa Parole. Je prépare mon cœur pour l’entendre et me mets soigneusement en sa présence. Oui Seigneur, tu m’attends, et en ce dimanche je désire te prier avec tous ceux qui se tournent vers toi en ce jour où nous célébrons ta résurrection. Au nom du Père, et du Fils et du Saint Esprit. Amen.

La Communauté de Taizé chante Beati voi poveri : « Heureux les pauvres de cœur, car le Royaume des cieux est à eux ».


La lecture de ce jour est tirée du chapitre 6 de l’Évangile selon Saint Luc

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples en parabole :
« Un aveugle peut-il guider un autre aveugle ? Ne vont-ils pas tomber tous les deux dans un trou ? Le disciple n’est pas au-dessus du maître ; mais une fois bien formé, chacun sera comme son maître.
Qu’as-tu à regarder la paille dans l’œil de ton frère, alors que la poutre qui est dans ton œil à toi, tu ne la remarques pas ? Comment peux-tu dire à ton frère : ‘Frère, laisse-moi enlever la paille qui est dans ton œil’, alors que toi-même ne vois pas la poutre qui est dans le tien ? Hypocrite ! Enlève d’abord la poutre de ton œil ; alors tu verras clair pour enlever la paille qui est dans l’œil de ton frère.
Un bon arbre ne donne pas de fruit pourri ; jamais non plus un arbre qui pourrit ne donne de bon fruit. Chaque arbre, en effet, se reconnaît à son fruit : on ne cueille pas des figues sur des épines ; on ne vendange pas non plus du raisin sur des ronces. L’homme bon tire le bien du trésor de son cœur qui est bon ; et l’homme mauvais tire le mal de son cœur qui est mauvais : car ce que dit la bouche, c’est ce qui déborde du cœur. »
Textes liturgiques © AELF, Paris


1
Trois images me sont proposées : la première avec les aveugles évoque la relation de disciple à maître ; la deuxième avec la paille et la poutre, une relation fraternelle ; la troisième la récolte tirée d’un arbre, bon ou pourri. Laquelle me parle le plus ?


2
Ces images m’invitent à un triple davantage : davantage me laisser guider par le Christ, mon maître ; davantage regarder ce qui en moi n’est pas ajusté avant de juger les autres ; davantage être en cohérence entre ce que je suis, ce que je dis et ce que je fais. Je médite cela.


3
« Ce que dit la bouche, c’est ce qui déborde du cœur. » Je médite un instant sur ce qui a débordé de mon cœur pendant la semaine qui vient de se terminer. À quel petit pas suis-je invité pour me mettre à l’école du Christ ?


Introduction à la deuxième écoute
J’écoute une deuxième fois cet évangile avec humilité.


Invitation à une prière personnelle
A la fin de cette rencontre, je remercie le Seigneur de m’avoir aidé à scruter mon cœur. Je le remercie aussi pour sa grande fidélité et lui demande son soutien pour cheminer à sa suite.


Prière finale
Prends, Seigneur et reçois,
toute ma liberté.
ma mémoire,
mon intelligence
et toute ma volonté;
Tout ce que j'ai et possède,
c'est Toi qui me l'as donné:
A Toi, Seigneur, je le rends
Tout est à Toi,
disposes-en selon Ton entière volonté.
Donne-moi ton amour et ta grâce :
c'est assez pour moi.

Beati voi poveri de Jacques Berthier interprété par Communauté de Taizé
«In God Alone» © Communauté de Taizé Voir le site de Taizé

:
: