Lecture du jour : Is 62, 1-5

Pour la cause de Sion, je ne me tairai pas, et pour Jérusalem, je n’aurai de cesse que sa justice ne paraisse dans la clarté, et son salut comme une torche qui brûle. Et les nations verront ta justice ; tous les rois verront ta gloire. On te nommera d’un nom nouveau que la bouche du Seigneur dictera. Tu seras une couronne brillante dans la main du Seigneur, un diadème royal entre les doigts de ton Dieu. On ne te dira plus : « Délaissée ! » À ton pays, nul ne dira : « Désolation ! » Toi, tu seras appelée « Ma Préférence », cette terre se nommera « L’Épousée ». Car le Seigneur t’a préférée, et cette terre deviendra « L’Épousée ». Comme un jeune homme épouse une vierge, ton Bâtisseur t’épousera. Comme la jeune mariée fait la joie de son mari, tu seras la joie de ton Dieu.

Textes liturgiques © AELF, Paris

Le don de la vie est le plus beau des cadeaux que nous puissions recevoir et donner. Continuons à préparer nos vies et nos cœurs pour accueil cet enfant, l’Emmanuel, Dieu-avec-nous. Que le Seigneur fasse rayonner sa joie dans mon cœur. Au nom du Père, et du Fils et du Saint Esprit. Amen.

La Maîtrise de la Cathédrale de Dijon chante Voici la nuit.

La lecture de ce jour est tirée du chapitre 62 du livre du prophète Isaïe


Pour la cause de Sion, je ne me tairai pas, et pour Jérusalem, je n’aurai de cesse que sa justice ne paraisse dans la clarté, et son salut comme une torche qui brûle. Et les nations verront ta justice ; tous les rois verront ta gloire. On te nommera d’un nom nouveau que la bouche du Seigneur dictera. Tu seras une couronne brillante dans la main du Seigneur, un diadème royal entre les doigts de ton Dieu. On ne te dira plus : « Délaissée ! » À ton pays, nul ne dira : « Désolation ! » Toi, tu seras appelée « Ma Préférence », cette terre se nommera « L’Épousée ». Car le Seigneur t’a préférée, et cette terre deviendra « L’Épousée ». Comme un jeune homme épouse une vierge, ton Bâtisseur t’épousera. Comme la jeune mariée fait la joie de son mari, tu seras la joie de ton Dieu.

Textes liturgiques © AELF, Paris

1

« Tu seras la joie de ton Dieu ! » Je me laisse envahir par cette parole en me mettant dans la peau d'une fiancée, d'un fiancé ou d'un petit enfant réjouissant ses parents. Aussi étonnant que cela puisse paraître 'je fais la joie du Seigneur'. Je me découvre source de joie, je m'imagine à l'origine d'un mouvement de joie, tout comme Adam et Éve lorsqu'ils entendirent : 'Cela était très bon'.

2

« Toi, tu seras appelée ‘Ma Préférence’ ». Mais qu'est-ce que Dieu peut me trouver de plus que les autres ? Moi, qui suis tellement insignifiant ? Mais l'amour de Dieu est infini envers chacun de nous, il n'y a pas de hiérarchie dans l'Amour avec un grand A. Je me laisse recouvrir de cet amour infini comme d'un manteau protecteur.

3

« Tous les rois verront ta gloire ». Dieu est fier de moi. Il se glorifie dans sa créature, comme une mère est fière de son enfant, peu importe les échecs. La gloire de Dieu c’est l'homme vivant, dit Saint Irénée. De plus, la prophétie d’Isaïe est au futur ! Heureux, je marche vers ce Dieu qui sera glorifié par un enfant, par chacun de nous.

Introduction à la deuxième écoute

J’écoute à nouveau pour moi cet oracle plein d’espérance et de vie.



Invitation à une prière personnelle

À la fin de ce temps de prière, je me tourne vers Dieu. Je lui parle comme à un parent ou un époux avec confiance et simplicité. Je peux aussi lui demander de faire grandir en moi la reconnaissance d'être source de joie et de fierté pour Lui, ou toute autre chose qui me vient au cœur.

Le Notre Père dit de l'autre côté

Mon fils/ma fille, qui es sur la terre,

Fais que ta vie soit le meilleur reflet de mon Nom.

Engage-toi pour mon Règne à chaque pas que tu fais,

Dans chaque décision que tu prends,

Dans chaque attitude et chaque geste.

Construis-le pour moi et avec moi.

C’est là ma volonté sur la terre comme au ciel.

Reçois le pain de chaque jour,

Conscient que c’est un privilège et un miracle.

Je pardonne tes erreurs, tes chutes, tes abandons,

Mais fais de même face à la fragilité de tes frères.

Lutte pour plus de justice et de paix

Et je serai à tes côtés.

N’aie pas peur :

Le mal n’aura pas le dernier mot.

Amen.

(Traduit d’après José Maria Rodriguez Olaizola s.j., Revue Jesuitas, Primavera 2017, p. 9)

Voici la nuit de Didier Rimaud, Jo Akepsimas interprété par Maîtrise de la Cathédrale de Dijon
«Chants pour la liturgie» © ADF-Bayard Musique Voir le site de ADF-Bayard Musique

Silent Night de Joseph Mohr interprété par Jeff Wahl
«Christmas Guitar» © Creative Commons by-nc-sa license from Magnatunes voir la licence de Magnatunes

:
: