Lecture du jour : Dt 4, 1.5-9

Moïse disait au peuple : « Maintenant, Israël, écoute les décrets et les ordonnances que je vous enseigne pour que vous les mettiez en pratique. Ainsi vous vivrez, vous entrerez, pour en prendre possession, dans le pays que vous donne le Seigneur, le Dieu de vos pères.
Voyez, je vous enseigne les décrets et les ordonnances que le Seigneur mon Dieu m’a donnés pour vous, afin que vous les mettiez en pratique dans le pays où vous allez entrer pour en prendre possession. Vous les garderez, vous les mettrez en pratique ; ils seront votre sagesse et votre intelligence aux yeux de tous les peuples.
Quand ceux-ci entendront parler de tous ces décrets, ils s’écrieront : “Il n’y a pas un peuple sage et intelligent comme cette grande nation !” Quelle est en effet la grande nation dont les dieux soient aussi proches que le Seigneur notre Dieu est proche de nous chaque fois que nous l’invoquons ? Et quelle est la grande nation dont les décrets et les ordonnances soient aussi justes que toute cette Loi que je vous donne aujourd’hui ?
Mais prends garde à toi : garde-toi de jamais oublier ce que tes yeux ont vu ; ne le laisse pas sortir de ton cœur un seul jour. Enseigne-le à tes fils, et aux fils de tes fils. »

Textes liturgiques © AELF, Paris

Au début de ce temps de prière et en ce temps de Carême, je demande à Dieu la grâce de partager l’espérance et la joie du peuple juif qui s’apprête à contempler la Terre promise. Au nom du Père, et du Fils, et du Saint Esprit. Amen.

L’Ensemble vocal Resurrexit chante Que chante pour toi : « Que chante pour toi la bouche des enfants, qu’exulte en toi le peuple des vivants ».

La lecture de ce jour est tirée du chapitre 4 du Deutéronome.

Moïse disait au peuple : « Maintenant, Israël, écoute les décrets et les ordonnances que je vous enseigne pour que vous les mettiez en pratique. Ainsi vous vivrez, vous entrerez, pour en prendre possession, dans le pays que vous donne le Seigneur, le Dieu de vos pères.
Voyez, je vous enseigne les décrets et les ordonnances que le Seigneur mon Dieu m’a donnés pour vous, afin que vous les mettiez en pratique dans le pays où vous allez entrer pour en prendre possession. Vous les garderez, vous les mettrez en pratique ; ils seront votre sagesse et votre intelligence aux yeux de tous les peuples.
Quand ceux-ci entendront parler de tous ces décrets, ils s’écrieront : “Il n’y a pas un peuple sage et intelligent comme cette grande nation !” Quelle est en effet la grande nation dont les dieux soient aussi proches que le Seigneur notre Dieu est proche de nous chaque fois que nous l’invoquons ? Et quelle est la grande nation dont les décrets et les ordonnances soient aussi justes que toute cette Loi que je vous donne aujourd’hui ?
Mais prends garde à toi : garde-toi de jamais oublier ce que tes yeux ont vu ; ne le laisse pas sortir de ton cœur un seul jour. Enseigne-le à tes fils, et aux fils de tes fils. »

Textes liturgiques © AELF, Paris

1
Je prends place parmi ce peuple qui a fui l’Égypte et traversé le désert et qui se voit enfin aux portes de la Terre Promise. Je vois sa fierté d’être le peuple élu, son orgueil face à l’épreuve surmontée. Avec lui, j’écoute Moïse qui lui rappelle que ce pays n’est pas un dû mais qu’il est un don gratuit donné par le Seigneur.

2
Moïse demande avec insistance à mettre en pratique les « décrets » et « ordonnances » donnés par le Seigneur. Qu’est-ce que cet appel à la responsabilité évoque en moi ? Qu’est-ce que cette Loi, donnée par un Dieu qui se veut proche et juste, m’invite à améliorer dans ma vie d’aujourd’hui ?

3
« Garde-toi de jamais oublier ce que tes yeux ont vu ; ne le laisse pas sortir de ton cœur un seul jour » : je prends le temps de me remémorer ce que le Seigneur a fait pour moi. Je repense à un événement récent ou lointain. Je remercie avec humilité de ce cadeau que le Seigneur m’a fait.

Introduction à la deuxième écoute
En réécoutant ce passage, je me rends attentif à ce que cette parole a de surprenant. Elle m’invite à me décentrer pour revenir à Dieu.

Invitation à une prière personnelle
Je me tourne vers le Père qui nous donne son Fils pour notre salut. Je réfléchis à quelque chose que Dieu m’a confié et que je me suis approprié : je lui demande de m’aider à le mettre à son service.

Notre Père
Notre Père qui es aux cieux,
que ton nom soit sanctifié,
que ton règne vienne,
que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour.
Pardonne-nous nos offenses,
comme nous pardonnons aussi
à ceux qui nous ont offensés.
Et ne nous laisse pas entrer en tentation,
mais délivre-nous du Mal.
Amen

Que chante pour toi la bouche des enfants de Communauté du Chemin Neuf interprété par Communauté du Chemin Neuf
«49 chants pour vivre le Carême 2015» © ADF-Bayard Musique Voir le site de ADF-Bayard Musique

L'Infidèle suite (sarabande) de Sylvius Leopold Weiss interprété par Paul Berget
«SL Weiss on 11 Strings» © Creative Commons by-nc-sa license from Magnatunes voir la licence de Magnatunes

:
: