Lecture du jour : Gn 37, 3-4.12-13a

Israël, c’est-à-dire Jacob, aimait Joseph plus que tous ses autres enfants, parce qu’il était le fils de sa vieillesse, et il lui fit faire une tunique de grand prix. En voyant qu’il leur préférait Joseph, ses autres fils se mirent à détester celui-ci, et ils ne pouvaient plus lui parler sans hostilité. Les frères de Joseph étaient allés à Sichem faire paître le troupeau de leur père. Israël dit à Joseph : « Tes frères ne gardent-ils pas le troupeau à Sichem ? Va donc les trouver de ma part ! » Joseph les trouva à Dotane. Ceux-ci l’aperçurent de loin et, avant qu’il arrive près d’eux, ils complotèrent de le faire mourir. Ils se dirent l’un à l’autre : « Voici l’expert en songes qui arrive ! C’est le moment, allons-y, tuons-le, et jetons-le dans une de ces citernes. Nous dirons qu’une bête féroce l’a dévoré, et on verra ce que voulaient dire ses songes ! » Mais Roubène les entendit, et voulut le sauver de leurs mains. Il leur dit : « Ne touchons pas à sa vie. » Et il ajouta : « Ne répandez pas son sang : jetez-le dans cette citerne du désert, mais ne portez pas la main sur lui. » Il voulait le sauver de leurs mains et le ramener à son père. Dès que Joseph eut rejoint ses frères, ils le dépouillèrent de sa tunique, la tunique de grand prix qu’il portait, ils se saisirent de lui et le jetèrent dans la citerne, qui était vide et sans eau. Ils s’assirent ensuite pour manger. En levant les yeux, ils virent une caravane d’Ismaélites qui venait de Galaad. Leurs chameaux étaient chargés d’aromates, de baume et de myrrhe qu’ils allaient livrer en Égypte. Alors Juda dit à ses frères : « Quel profit aurions-nous à tuer notre frère et à dissimuler sa mort ? Vendons-le plutôt aux Ismaélites et ne portons pas la main sur lui, car il est notre frère, notre propre chair. » Ses frères l’écoutèrent. Des marchands madianites qui passaient par là retirèrent Joseph de la citerne, ils le vendirent pour vingt pièces d’argent aux Ismaélites, et ceux-ci l’emmenèrent en Égypte.

Textes liturgiques © AELF, Paris

Au moment choisi pour ce temps avec Dieu, je rejoins le lieu qui m’aide à prier, chez moi ou ailleurs. Que le Seigneur m’aide à grandir en qualité de relation avec les autres. Au nom du Père, et du Fils et du Saint Esprit. Amen.

Le chœur de Saint Ambroise chante Ce que vous avez fait. Ce que vous avez fait au plus petit de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait.

La lecture de ce jour est tirée du chapitre 37 du livre de la Genèse

Israël, c’est-à-dire Jacob, aimait Joseph plus que tous ses autres enfants, parce qu’il était le fils de sa vieillesse, et il lui fit faire une tunique de grand prix. En voyant qu’il leur préférait Joseph, ses autres fils se mirent à détester celui-ci, et ils ne pouvaient plus lui parler sans hostilité. Les frères de Joseph étaient allés à Sichem faire paître le troupeau de leur père. Israël dit à Joseph : « Tes frères ne gardent-ils pas le troupeau à Sichem ? Va donc les trouver de ma part ! » Joseph les trouva à Dotane. Ceux-ci l’aperçurent de loin et, avant qu’il arrive près d’eux, ils complotèrent de le faire mourir. Ils se dirent l’un à l’autre : « Voici l’expert en songes qui arrive ! C’est le moment, allons-y, tuons-le, et jetons-le dans une de ces citernes. Nous dirons qu’une bête féroce l’a dévoré, et on verra ce que voulaient dire ses songes ! » Mais Roubène les entendit, et voulut le sauver de leurs mains. Il leur dit : « Ne touchons pas à sa vie. » Et il ajouta : « Ne répandez pas son sang : jetez-le dans cette citerne du désert, mais ne portez pas la main sur lui. » Il voulait le sauver de leurs mains et le ramener à son père. Dès que Joseph eut rejoint ses frères, ils le dépouillèrent de sa tunique, la tunique de grand prix qu’il portait, ils se saisirent de lui et le jetèrent dans la citerne, qui était vide et sans eau. Ils s’assirent ensuite pour manger. En levant les yeux, ils virent une caravane d’Ismaélites qui venait de Galaad. Leurs chameaux étaient chargés d’aromates, de baume et de myrrhe qu’ils allaient livrer en Égypte. Alors Juda dit à ses frères : « Quel profit aurions-nous à tuer notre frère et à dissimuler sa mort ? Vendons-le plutôt aux Ismaélites et ne portons pas la main sur lui, car il est notre frère, notre propre chair. » Ses frères l’écoutèrent. Des marchands madianites qui passaient par là retirèrent Joseph de la citerne, ils le vendirent pour vingt pièces d’argent aux Ismaélites, et ceux-ci l’emmenèrent en Égypte.

Textes liturgiques © AELF, Paris

1
« Israël aimait Joseph, parce qu’il était le fils de sa vieillesse ». Ce passage du livre de la Genèse commence par l’amour d’un père âgé pour son fils. Je regarde avec les yeux de l’imagination ce père émerveillé par son enfant, qui lui offre une tunique de grand prix et se réjouit de sa beauté.

2
Les frères de Joseph sont jaloux de l’amour de leur père. Ils détestent leur frère et cherchent froidement un moyen de le tuer. Je regarde ces frères et me demande comment cette relation s’est envenimée. Et moi, quelles sont les relations empoisonnées que j’entretiens dans ma vie ?

3
Mais Roubène veut sauver Joseph des mains de ses frères. J’écoute les paroles de cet homme qui veut sauver son frère. Grâce à lui, la jalousie n’a pas le dernier mot. Et moi, comment puis-je sortir des spirales venimeuses dans mes relations ?

Introduction à la deuxième écoute
J’écoute de nouveau ce passage en me mettant à la place de Joseph. De quoi est-il conscient, de quoi se doute-t-il ?


Invitation à une prière personnelle
Quelques minutes avant la fin de ce temps de prière, je repense à ce qui s’est passé. Qu’ai-je envie de dire maintenant au Seigneur ? Y a-t-il des relations que je voudrais lui confier pour qu’il nous fasse cheminer ? Je peux lui confier telle ou telle personne.

Prière finale
Réjouis-toi Marie, pleine de grâces ;
le Seigneur est avec toi.
Tu es bénie entre toutes les femmes
et Jésus, Ton enfant, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
prie pour nous pauvres pécheurs,
maintenant et à l'heure de notre mort.
Amen.

Ce que vous avez fait de André Gouzes interprété par Chœur St Ambroise
«Carême» © ADF-Bayard Musique Voir le site de ADF-Bayard Musique

Above the Clouds de Suzanne Teng interprété par Suzanne Teng
«Enchanted Winds» © Creative Commons by-nc-sa license from Magnatunes voir la licence de Magnatunes

:
: