Évangile du jour : Lc 17, 11-19

En ce temps-là, Jésus, marchant vers Jérusalem, traversait la région située entre la Samarie et la Galilée. Comme il entrait dans un village, dix lépreux vinrent à sa rencontre. Ils s’arrêtèrent à distance et lui crièrent : « Jésus, maître, prends pitié de nous. » À cette vue, Jésus leur dit : « Allez vous montrer aux prêtres. » En cours de route, ils furent purifiés.
L’un d’eux, voyant qu’il était guéri, revint sur ses pas, en glorifiant Dieu à pleine voix. Il se jeta face contre terre aux pieds de Jésus en lui rendant grâce. Or, c’était un Samaritain.
Alors Jésus prit la parole en disant : « Tous les dix n’ont-ils pas été purifiés ? Les neuf autres, où sont-ils ? Il ne s’est trouvé parmi eux que cet étranger pour revenir sur ses pas et rendre gloire à Dieu ! » Jésus lui dit : « Relève-toi et va : ta foi t’a sauvé. »

Textes liturgiques © AELF, Paris 

Aujourd'hui nous sommes le 9 octobre, 28° dimanche du temps ordinaire

Jésus marche vers Jérusalem et au gré de ses pérégrinations, il rencontre des hommes et des femmes. Ce sont les hasards du chemin il y a 2000 ans qui nous font découvrir le Christ aujourd’hui. Pour entrer dans la prière, je rejoins Jésus sur la route et je lui demande d’apprendre moi aussi à me laisser faire par les événements. Au nom du Père, et du Fils et du Saint Esprit. Amen

L’abbaye de Keur Moussa chante Tu as changé notre deuil en une danse.

La lecture de ce jour est tirée du chapitre 17 de l’évangile selon Saint Luc

En ce temps-là, Jésus, marchant vers Jérusalem, traversait la région située entre la Samarie et la Galilée. Comme il entrait dans un village, dix lépreux vinrent à sa rencontre. Ils s’arrêtèrent à distance et lui crièrent : « Jésus, maître, prends pitié de nous. » À cette vue, Jésus leur dit : « Allez vous montrer aux prêtres. » En cours de route, ils furent purifiés.
L’un d’eux, voyant qu’il était guéri, revint sur ses pas, en glorifiant Dieu à pleine voix. Il se jeta face contre terre aux pieds de Jésus en lui rendant grâce. Or, c’était un Samaritain.
Alors Jésus prit la parole en disant : « Tous les dix n’ont-ils pas été purifiés ? Les neuf autres, où sont-ils ? Il ne s’est trouvé parmi eux que cet étranger pour revenir sur ses pas et rendre gloire à Dieu ! » Jésus lui dit : « Relève-toi et va : ta foi t’a sauvé. »

Textes liturgiques © AELF, Paris 

1
Les malades s’arrêtent à distance de Jésus pour respecter les règles, ils n’ont pas le droit de s’approcher alors ils crient ce qu’ils ont à dire. Je contemple la scène et si j’en sens le désir, je me rapproche du groupe, et je fais comme les lépreux, je crie vers Jésus ce qui me pèse et me fait souffrir.

2
Le seul qui revient pour se jeter aux pieds de Jésus, désobéit deux fois. Pour commencer il désobéit à la loi car n’ayant pas vu les prêtres, il n’est pas reconnu guéri et ne peut s’approcher. Il désobéit aussi à l’ordre de Jésus « allez-vous montrer aux prêtres ». La purification l’a rendu libre ! Ai-je déjà fait une telle expérience ?

3
Dix ont été guéri, mais un seul est sauvé… En effet Jésus ne peut nous sauver à lui seul. Il faut que nous lui accordions notre foi, notre confiance pour qu’il puisse attester « ta foi t’a sauvé ». En ce jour qu’ai-je donc envie de présenter comme victoire à Jésus, pour qu’il en fasse un lieu de résurrection ?

En écoutant de nouveau l’évangile, je suis avec attention les mouvements de la scène : s’arrêter à distance, se jeter aux pieds de Jésus, être relevé par Jésus.

Je peux choisir comment m’adresser à Jésus : vais-je crier à distance « Jésus, maître, prends pitié de moi » ou vais-je me jeter à mon tour face contre terre aux pieds de Jésus pour lui rendre grâce ? Et je prends le temps de lui confier ce qui pèse sur mon cœur ou au contraire ce qui me pousse à rendre grâce.

Prière finale

Ame du Christ, sanctifie-moi.
Corps du Christ, sauve-moi.
Sang du Christ, enivre-moi.
Eau du côté du Christ, lave-moi.
Passion du Christ, fortifie-moi.
O bon Jésus, exauce-moi.
Dans tes blessures, cache-moi.
Ne permets pas que je sois séparé de toi.
De l'ennemi, défends-moi.
A ma mort, appelle-moi.
Ordonne-moi de venir à toi.
Pour qu'avec les saints je te loue.
Dans les siècles des siècles.
Amen.

Tu as changé notre deuil en une danse de Keur Moussa interprété par Keur Moussa
«Psaumes et rythmes pour tous les temps - lundi à mercredi» © Editions Art et Musique Voir le site des Editions Art et Musique

:
: