Lecture du jour : 1 Co 9, 16-19.22-27

Frères et sœurs, annoncer l’Évangile, ce n’est pas là pour moi un motif de fierté, c’est une nécessité qui s’impose à moi. Malheur à moi si je n’annonçais pas l’Évangile ! Certes, si je le fais de moi-même, je mérite une récompense. Mais je ne le fais pas de moi-même, c’est une mission qui m’est confiée. Alors quel est mon mérite ? C’est d'annoncer l'Évangile sans rechercher aucun avantage matériel, et sans faire valoir mes droits de prédicateur de l'Évangile. Oui, libre à l’égard de tous, je me suis fait l’esclave de tous afin d’en gagner le plus grand nombre possible. Avec les faibles, j’ai été faible, pour gagner les faibles. Je me suis fait tout à tous pour en sauver à tout prix quelques-uns. Et tout cela, je le fais à cause de l’Évangile, pour y avoir part, moi aussi. Vous savez bien que, dans le stade, tous les coureurs participent à la course, mais un seul reçoit le prix. Alors, vous, courez de manière à l’emporter. Tous les athlètes à l’entraînement s’imposent une discipline sévère ; ils le font pour recevoir une couronne de laurier qui va se faner, et nous, pour une couronne qui ne se fane pas. Moi, si je cours, ce n’est pas sans fixer le but ; si je fais de la lutte, ce n’est pas en frappant dans le vide. Mais je traite durement mon corps, j’en fais mon esclave, pour éviter qu’après avoir proclamé l’Évangile à d’autres, je sois moi-même disqualifié.

Textes liturgiques © AELF, Paris

Aujourd'hui nous sommes le vendredi 9 septembre et nous faisons mémoire de St Pierre Claver, jésuite.

Par quelques minutes de silence, de respiration profonde, je me dispose à rencontrer le Seigneur qui m’attend et désire me parler. Je lui demande de fortifier mon désir d’être missionnaire, avec les moyens qui me sont propres, peut-être très modestes mais réels. Au nom du Père, et du Fils et du Saint Esprit. Amen.

Holi chante Vous êtes mes apôtres.

La lecture de ce jour est tirée de la Première Épître de saint Paul aux Corinthiens au chapitre 9
Frères, annoncer l’Évangile, ce n’est pas là pour moi un motif de fierté, c’est une nécessité qui s’impose à moi. Malheur à moi si je n’annonçais pas l’Évangile ! Certes, si je le fais de moi-même, je mérite une récompense. Mais je ne le fais pas de moi-même, c’est une mission qui m’est confiée. Alors quel est mon mérite ? C’est d'annoncer l'Évangile sans rechercher aucun avantage matériel, et sans faire valoir mes droits de prédicateur de l'Évangile. Oui, libre à l’égard de tous, je me suis fait l’esclave de tous afin d’en gagner le plus grand nombre possible. Avec les faibles, j’ai été faible, pour gagner les faibles. Je me suis fait tout à tous pour en sauver à tout prix quelques-uns. Et tout cela, je le fais à cause de l’Évangile, pour y avoir part, moi aussi. Vous savez bien que, dans le stade, tous les coureurs participent à la course, mais un seul reçoit le prix. Alors, vous, courez de manière à l’emporter. Tous les athlètes à l’entraînement s’imposent une discipline sévère ; ils le font pour recevoir une couronne de laurier qui va se faner, et nous, pour une couronne qui ne se fane pas. Moi, si je cours, ce n’est pas sans fixer le but ; si je fais de la lutte, ce n’est pas en frappant dans le vide. Mais je traite durement mon corps, j’en fais mon esclave, pour éviter qu’après avoir proclamé l’Évangile à d’autres, je sois moi-même disqualifié.

Textes liturgiques © AELF, Paris




1


J’écoute Paul, comme si j’étais à Corinthe : « Annoncer l’Évangile… c’est une nécessité qui s’impose à moi…c’est une mission qui m’est confiée par le baptême, quel que soit mon âge, ma situation personnelle.» Comment suis-je touché-e par ces paroles de Paul ? Quelles réactions viennent en moi ?

2

« Tout cela, je le fais à cause de l’Évangile. ». Paul rappelle le fondement de son action : l’Évangile et cet envoi final de Jésus à tous ses disciples « d’aller dans le monde entier annoncer la Parole de Dieu ». La mission est difficile parfois, l’envie de laisser tomber me prend peut-être… Je réentends cet envoi de Jésus et sa confiance qu’il met en moi.

3

Au XVIe siècle Saint Pierre Claver s’est fait pendant plus de 40 ans, l’esclave des esclaves. Aujourd’hui encore des femmes et des hommes poursuivent son œuvre de vie auprès des esclaves modernes, des exilés, des déplacés, comme le Service Jésuite pour les Réfugiés. Un instant, je les porte dans ma prière.

Introduction à la deuxième écoute

J’écoute à nouveau ces paroles de Paul, spécialement en entendant ces mots qui marquent l’insistance, la nécessité, la force de l’envoi.

Invitation à une prière personnelle

Mon temps de prière est presque fini. Je fais mémoire de ce qui m’a été donné pendant ce temps. Je peux confier particulièrement les difficultés rencontrées dans ma mission et demander de l’aide ou confier telle personne qui passe par une étape difficile.

Prière finale

Viens Esprit de sainteté
Viens Esprit de lumière
Viens Esprit de feu
Viens nous embraser !

Vous êtes mes Apôtres de Holi interprété par Holi
«Croire en ce monde» © Holi Voir le site du groupe Holi

Sarabande in Bb Major de Johannes Fresneau interprété par Edward Martin
«Les Larmes of Johannes Fresneau» © Creative Commons by-nc-sa license from Magnatunes voir la licence de Magnatunes

:
: