Lecture du jour : Sg 3, 1-6.9

Les âmes des justes sont dans la main de Dieu ; aucun tourment n’a de prise sur eux. Aux yeux de l’insensé, ils ont paru mourir ; leur départ est compris comme un malheur, et leur éloignement, comme une fin : mais ils sont dans la paix. Au regard des hommes, ils ont subi un châtiment, mais l’espérance de l’immortalité les comblait. Après de faibles peines, de grands bienfaits les attendent, car Dieu les a mis à l’épreuve et trouvés dignes de lui. Comme l’or au creuset, il les a éprouvés ; comme une offrande parfaite, il les accueille. Au temps de sa visite, ils resplendiront : comme l’étincelle qui court sur la paille, ils avancent. Ils jugeront les nations, ils auront pouvoir sur les peuples, et le Seigneur régnera sur eux pour les siècles. Qui met en lui sa foi comprendra la vérité ; ceux qui sont fidèles resteront, dans l’amour, près de lui. Pour ses amis, grâce et miséricorde : il visitera ses élus.

Textes liturgiques © AELF, Paris

Lecture du jour : Sg 3, 1-6.9

Les âmes des justes sont dans la main de Dieu ; aucun tourment n’a de prise sur eux. Aux yeux de l’insensé, ils ont paru mourir ; leur départ est compris comme un malheur, et leur éloignement, comme une fin : mais ils sont dans la paix. Au regard des hommes, ils ont subi un châtiment, mais l’espérance de l’immortalité les comblait. Après de faibles peines, de grands bienfaits les attendent, car Dieu les a mis à l’épreuve et trouvés dignes de lui. Comme l’or au creuset, il les a éprouvés ; comme une offrande parfaite, il les accueille. Au temps de sa visite, ils resplendiront : comme l’étincelle qui court sur la paille, ils avancent. Ils jugeront les nations, ils auront pouvoir sur les peuples, et le Seigneur régnera sur eux pour les siècles. Qui met en lui sa foi comprendra la vérité ; ceux qui sont fidèles resteront, dans l’amour, près de lui. Pour ses amis, grâce et miséricorde : il visitera ses élus.

Textes liturgiques © AELF, Paris

Aujourd'hui nous sommes le 2 novembre : hier nous avons fêté tous les saints, et c’est dans la lumière de cette fête large et joyeuse que l’Eglise nous invite à inclure aujourd’hui tous les défunts, et en particulier ceux qui nous sont proches.

Je fais silence intérieurement, je me mets en présence du Seigneur… Ils sont déjà parvenus en sa Présence, ceux qui sont « partis devant ». Par ma prière, je confie « mes » défunts au Seigneur, je dépose ma tristesse, ma douleur, mes questions, et me prépare à entendre la parole du Seigneur. - Au nom du Père, et du Fils et du Saint Esprit. Amen

L’Abbaye de Tamié chante En toi Seigneur nos vies reposent.

La lecture de ce jour est tirée du chapitre 3 du livre de la sagesse.

Les âmes des justes sont dans la main de Dieu ; aucun tourment n’a de prise sur eux. Aux yeux de l’insensé, ils ont paru mourir ; leur départ est compris comme un malheur, et leur éloignement, comme une fin : mais ils sont dans la paix. Au regard des hommes, ils ont subi un châtiment, mais l’espérance de l’immortalité les comblait. Après de faibles peines, de grands bienfaits les attendent, car Dieu les a mis à l’épreuve et trouvés dignes de lui. Comme l’or au creuset, il les a éprouvés ; comme une offrande parfaite, il les accueille. Au temps de sa visite, ils resplendiront : comme l’étincelle qui court sur la paille, ils avancent. Ils jugeront les nations, ils auront pouvoir sur les peuples, et le Seigneur régnera sur eux pour les siècles. Qui met en lui sa foi comprendra la vérité ; ceux qui sont fidèles resteront, dans l’amour, près de lui. Pour ses amis, grâce et miséricorde : il visitera ses élus.

Textes liturgiques © AELF, Paris

1
Un siècle avant Jésus-Christ l’auteur du livre de la Sagesse me donne cette calme affirmation : les âmes des justes sont dans la main de Dieu, Je laisse cette confiance faire son chemin en moi, resonner avec mon expérience, la questionner, l’imprégner…

2
Et du Seigneur il est dit : Qui met en lui sa foi comprendra la vérité… Cet appel vibrant à la foi, que touche-t-il en moi, comment avancer sur ce chemin qui comble ceux qui le suivent ?

3
Ils resteront près de Dieu, et seront visités par lui , ils resplendiront, ils jugeront, ils auront pouvoir… Ces verbes sont conjugués au futur. Comment je réagis à cette promesse faite aux justes ?
Je me prépare à entendre de nouveau la Parole de ce jour, avec au cœur une ou plusieurs personnes dont le deuil m’éprouve ou m’a éprouvé(e).
Seigneur, je m’adresse à toi à présent pour te partager ce qui s’est passé en moi pendant ce temps de prière et laisser monter action de grâce, ou prières d’intercession… Laisse-moi prendre la main d’ami que tu me tends.


De St François d’Assise, extraits d’un cantique écrit 2 ans avant sa mort
Très haut tout-puissant, bon Seigneur,
à toi sont les louanges, la gloire et l’honneur et toute bénédiction.
À toi seul, Très-haut, ils conviennent
Et nul homme n’est digne de te mentionner.
Loué sois-tu, mon Seigneur, avec toutes tes créatures,
spécialement, monsieur frère Soleil,
lequel est le jour et par lui tu nous illumines.
Et il est beau et rayonnant avec grande splendeur,
de toi, Très-Haut, il porte la signification. (…)
Loué sois-tu, mon Seigneur, par sœur notre mère Terre,
laquelle nous soutient et nous gouverne
et produit divers fruits avec les fleurs colorées et l’herbe.
Loué sois-tu, mon Seigneur, par ceux qui pardonnent pour ton amour
et supportent maladies et tribulations.
Heureux ceux qui les supporteront en paix,
car par toi, Très-Haut, ils seront couronnés.
Loué sois-tu, mon Seigneur, par sœur notre mort corporelle,
à laquelle nul homme vivant ne peut échapper. (…)
Heureux ceux qu’elle trouvera dans tes très saintes volontés,
car la seconde mort ne leur fera pas mal.
Louez et bénissez mon Seigneur,
et rendez-lui grâce et servez-le avec grande humilité.

Aujourd'hui nous sommes le 2 novembre : hier nous avons fêté tous les saints, et c’est dans la lumière de cette fête large et joyeuse que l’Eglise nous invite à inclure aujourd’hui tous les défunts, et en particulier ceux qui nous sont proches.

Je fais silence intérieurement, je me mets en présence du Seigneur… Ils sont déjà parvenus en sa Présence, ceux qui sont « partis devant ». Par ma prière, je confie « mes » défunts au Seigneur, je dépose ma tristesse, ma douleur, mes questions, et me prépare à entendre la parole du Seigneur. - Au nom du Père, et du Fils et du Saint Esprit. Amen

L’Abbaye de Tamié chante En toi Seigneur nos vies reposent.

La lecture de ce jour est tirée du chapitre 3 du livre de la sagesse.

Les âmes des justes sont dans la main de Dieu ; aucun tourment n’a de prise sur eux. Aux yeux de l’insensé, ils ont paru mourir ; leur départ est compris comme un malheur, et leur éloignement, comme une fin : mais ils sont dans la paix. Au regard des hommes, ils ont subi un châtiment, mais l’espérance de l’immortalité les comblait. Après de faibles peines, de grands bienfaits les attendent, car Dieu les a mis à l’épreuve et trouvés dignes de lui. Comme l’or au creuset, il les a éprouvés ; comme une offrande parfaite, il les accueille. Au temps de sa visite, ils resplendiront : comme l’étincelle qui court sur la paille, ils avancent. Ils jugeront les nations, ils auront pouvoir sur les peuples, et le Seigneur régnera sur eux pour les siècles. Qui met en lui sa foi comprendra la vérité ; ceux qui sont fidèles resteront, dans l’amour, près de lui. Pour ses amis, grâce et miséricorde : il visitera ses élus.

Textes liturgiques © AELF, Paris

1
Un siècle avant Jésus-Christ l’auteur du livre de la Sagesse me donne cette calme affirmation : les âmes des justes sont dans la main de Dieu, Je laisse cette confiance faire son chemin en moi, resonner avec mon expérience, la questionner, l’imprégner…

2
Et du Seigneur il est dit : Qui met en lui sa foi comprendra la vérité… Cet appel vibrant à la foi, que touche-t-il en moi, comment avancer sur ce chemin qui comble ceux qui le suivent ?

3
Ils resteront près de Dieu, et seront visités par lui , ils resplendiront, ils jugeront, ils auront pouvoir… Ces verbes sont conjugués au futur. Comment je réagis à cette promesse faite aux justes ?

Je me prépare à entendre de nouveau la Parole de ce jour, avec au cœur une ou plusieurs personnes dont le deuil m’éprouve ou m’a éprouvé(e).

Seigneur, je m’adresse à toi à présent pour te partager ce qui s’est passé en moi pendant ce temps de prière et laisser monter action de grâce, ou prières d’intercession… Laisse-moi prendre la main d’ami que tu me tends.

De St François d’Assise, extraits d’un cantique écrit 2 ans avant sa mort
Très haut tout-puissant, bon Seigneur,
à toi sont les louanges, la gloire et l’honneur et toute bénédiction.
À toi seul, Très-haut, ils conviennent
Et nul homme n’est digne de te mentionner.
Loué sois-tu, mon Seigneur, avec toutes tes créatures,
spécialement, monsieur frère Soleil,
lequel est le jour et par lui tu nous illumines.
Et il est beau et rayonnant avec grande splendeur,
de toi, Très-Haut, il porte la signification. (…)
Loué sois-tu, mon Seigneur, par sœur notre mère Terre,
laquelle nous soutient et nous gouverne
et produit divers fruits avec les fleurs colorées et l’herbe.
Loué sois-tu, mon Seigneur, par ceux qui pardonnent pour ton amour
et supportent maladies et tribulations.
Heureux ceux qui les supporteront en paix,
car par toi, Très-Haut, ils seront couronnés.
Loué sois-tu, mon Seigneur, par sœur notre mort corporelle,
à laquelle nul homme vivant ne peut échapper. (…)
Heureux ceux qu’elle trouvera dans tes très saintes volontés,
car la seconde mort ne leur fera pas mal.
Louez et bénissez mon Seigneur,
et rendez-lui grâce et servez-le avec grande humilité.

En toi Seigneur nos vies reposent de Claude Bernard interprété par Moines de l'Abbaye de Tamié
«Office à l'abbaye de Tamié - Samedi et dimanche» © ADF-Bayard Musique Voir le site de ADF-Bayard Musique

Guinevere de Jeff Wahl interprété par Jeff Wahl
«Guinevere» © Creative Commons by-nc-sa license from Magnatunes voir la licence de Magnatunes

:
: