L’infini de Dieu en 1 minute

Pourquoi les catastrophes naturelles, la violence et la guerre ? Pourquoi la mort de l’innocent ?

Dans l’évangile de ce jour Jésus parle de personnes qui se débattent avec ces mêmes questions et avec les peurs qu’ils révèlent. Il leur oppose une simple parabole : Quelqu’un veut couper un figuier, qui épuise le sol sans donner du fruit. Mais le vigneron répond, laisse-le encore cette année, le temps que je bêche autour pour y mettre du fumier.

Quel rapport pourrait-on se demander ?

Face à l’impensable, l’indicible, Jésus ne fait autre chose que d’ouvrir un chemin inattendu : le laisser bêcher nos terres, nous nourrir patiemment, abondamment, même si le fruit ne vient pas immédiatement. Ne pas nous fier seulement à ce que nous voyons. Car Dieu, lui, a vu comme il le dit à Moïse au buisson ardent : j’ai vu la souffrance de mon peuple qui est en Égypte. Alors pouvons-nous avoir le courage d’accueillir cette réalité qui a besoin de vie et de laisser Dieu y travailler ? Car il y a urgence d’entrer dans la patience de Dieu.