Texte de la prière

La liturgie de la Semaine continue à me conduire vers Pâques à travers la difficulté, la souffrance et la mort. Mais cette traversée est éclairée par l'espérance du matin de Pâques. Que ma prière d'aujourd'hui soit toute habitée de cette espérance. Au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit, amen.

 

La Communauté de Taizé chante I am sure I shall see. Oui ; j’en suis sûr, je verrai la bonté du Seigneur, car en lui j’ai mis toute ma confiance. Avec eux je peux me confier à Dieu au début de ma prière, lui dire mes hésitations, mes inquiétudes, mes désirs. Je peux lui demander de venir purifier mon regard.

 

La lecture de ce jour est tirée du psaume 70

En toi, Seigneur, j’ai mon refuge :
garde-moi d’être humilié pour toujours.
Dans ta justice, défends-moi, libère-moi,
tends l’oreille vers moi, et sauve-moi.

Sois le rocher qui m’accueille,
toujours accessible ;
tu as résolu de me sauver :
ma forteresse et mon roc, c’est toi !

Seigneur mon Dieu, tu es mon espérance,
Toi, mon soutien dès avant ma naissance,
tu m’as choisi dès le ventre de ma mère ;
tu seras ma louange toujours !

Ma bouche annonce tout le jour
tes actes de justice et de salut ;
Mon Dieu, tu m’as instruit dès ma jeunesse,
jusqu’à présent, j’ai proclamé tes merveilles.

 

Textes liturgiques © AELF, Paris

 

1

"En toi Seigneur, j'ai mon refuge, défends-moi, libère-moi". Avec le psalmiste, je présente à Dieu mes difficultés, mes luttes, mes lieux de combat et de pauvreté. Avec simplicité, je lui demande de m'aider à trouver un chemin de vie au travers de ces aspects plus sombres de mon quotidien.
Point

 

2

"Ma forteresse et mon roc c'est toi". Je me laisse travailler par cette phrase. Elle est le cri d'un homme qui veut vraiment remettre sa vie dans les mains du Seigneur. Comment vient-elle éclairer ma propre façon de chercher des appuis, des garanties ? "Ma forteresse et mon roc c'est toi".

 

3

"Tu m'as choisi dès le ventre de ma mère". Ce qui fonde la confiance du psalmiste, c'est la conviction qu'avant toute chose Dieu l'aime. Ce n'est pas un amour conditionnel, pas un amour qui dépend de nos actes. Avec le psalmiste, je me replace face à cet amour premier de Dieu. Oui Dieu m’aime sans a priori.

 

Introduction à la deuxième écoute

J'écoute à nouveau le psaume, attentif à ce qu'il suscite en moi, aux paroles qui me touchent tout particulièrement.

 

Invitation à une prière personnelle

Si un mot, un bout de phrase m'a particulièrement touché en écoutant le psaume, je repars tout simplement de là pour conclure mon temps de prière de ce jour. Je fais de ce mot une prière vers Dieu, prière de louange, de demande ou de pardon, selon ce que m'indique mon cœur.
Prière finale