Texte de la prière

Avec la fête des Rameaux, toute l’Église entre dans la Semaine Sainte. Avec elle, je me prépare à revivre l'histoire toujours actuelle de Dieu qui se livre par amour pour l'humanité. Que cet amour inspire ma prière d'aujourd'hui et toute ma vie. Au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit, amen.

 

La Communauté du Chemin Neuf chante la Messe de Saint François Xavier. Avec eux je me mêle à la foule aux portes de Jérusalem, et je vois Jésus entrer la ville, sur un âne. Je me laisse toucher par ce que je vois.

 

La lecture de ce jour est tirée du chapitre 19 de l'évangile selon saint Luc

En ce temps-là, Jésus partit en avant pour monter à Jérusalem. Lorsqu’il approcha de Bethphagé et de Béthanie, près de l’endroit appelé mont des Oliviers, il envoya deux de ses disciples, en disant : « Allez à ce village d’en face. À l’entrée, vous trouverez un petit âne attaché, sur lequel personne ne s’est encore assis. Détachez-le et amenez-le. Si l’on vous demande : ‘Pourquoi le détachez-vous ?’ vous répondrez: ‘Parce que le Seigneur en a besoin.’ »
Les envoyés partirent et trouvèrent tout comme Jésus leur avait dit. Alors qu’ils détachaient le petit âne, ses maîtres leur demandèrent : « Pourquoi détachez-vous l’âne ? »
Ils répondirent : « Parce que le Seigneur en a besoin. »
Ils amenèrent l’âne auprès de Jésus, jetèrent leurs manteaux dessus, et y firent monter Jésus. À mesure que Jésus avançait, les gens étendaient leurs manteaux sur le chemin. Alors que déjà Jésus approchait de la descente du mont des Oliviers, toute la foule des disciples, remplie de joie, se mit à louer Dieu à pleine voix pour tous les miracles qu’ils avaient vus, et ils disaient : « Béni soit celui qui vient, le Roi, au nom du Seigneur. Paix dans le ciel et gloire au plus haut des cieux ! »
Quelques pharisiens, qui se trouvaient dans la foule, dirent à Jésus : « Maître, réprimande tes disciples ! »
Mais il prit la parole en disant : « Je vous le dis : si eux se taisent, les pierres crieront. »

 

Textes liturgiques © AELF, Paris

 

1

Je commence ma méditation en me plaçant au milieu de cette foule qui acclame Jésus. Avec elle, je regarde Jésus; avec elle, je vibre à sa venue. Je me demande: qu'est-ce qui anime tous ces gens autour de moi ? Qu'attendent-ils de Jésus ?

 

2

Je reste au milieu de la foule mais je pousse l'imagination un peu plus loin. J'imagine que ce sont non plus des juifs du 1er siècle qui accueillent Jésus mais mes voisins, amis, les gens que je côtoie tous les jours. Quels sont leurs attentes, leurs attentes profondes ? Sont-elles si différentes ? Comment Jésus pourrait-il les combler ?

 

3

Enfin, je m'interroge, moi. Qu'est-ce que j’attends de Jésus dans ma vie ? Non pas en théorie, mais pour les semaines, les mois qui viennent ? J'examine ce qui monte en moi quand je m'imagine Jésus qui vient vers moi, roi tout modeste sur son petit âne.

 

Introduction à la deuxième écoute

Je réécoute cet évangile. J'entends cette parole "Bénit soit celui qui vient". En Jésus, Dieu vient vers les hommes.

 

Invitation à une prière personnelle

Pour conclure mon temps de prière, je peux tout simplement m'ouvrir à Jésus de ce qui m'est venu durant ce temps de prière. Je peux en particulier lui dire ce que j'attends de sa venue dans ma vie, avec une grande ouverture de cœur.