Texte de la prière

Je me prépare à vivre un temps avec le Seigneur. Je me rends présent à lui, présent à moi-même. Je me dispose à vivre un moment d''''écoute mais aussi de dialogue. Je rassemble tout mon être. Au nom du Père, du Fils, et du Saint Esprit, amen.

 

Exo chante Viens, toi qu’il appelle. Avec eux je me mets à la place de Simon de Cyrène, cet ami trouvé sur la route, à qui Jésus demande de l’aider à porter sa croix.

 

La lecture de ce jour est tirée du chapitre 25 de l’évangile selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples :
« Quand le Fils de l’homme viendra dans sa gloire, et tous les anges avec lui, alors il siégera sur son trône de gloire. Toutes les nations seront rassemblées devant lui ; il séparera les hommes les uns des autres, comme le berger sépare les brebis des boucs : il placera les brebis à sa droite, et les boucs à gauche.
Alors le Roi dira à ceux qui seront à sa droite : “Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la fondation du monde. Car j’avais faim, et vous m’avez donné à manger ; j’avais soif, et vous m’avez donné à boire ; j’étais un étranger, et vous m’avez accueilli ; j’étais nu, et vous m’avez habillé ; j’étais malade, et vous m’avez visité ; j’étais en prison, et vous êtes venus jusqu’à moi !”
Alors les justes lui répondront : “Seigneur, quand est-ce que nous t’avons vu… ? tu avais donc faim, et nous t’avons nourri ? tu avais soif, et nous t’avons donné à boire ? tu étais un étranger, et nous t’avons accueilli ? tu étais nu, et nous t’avons habillé ? tu étais malade ou en prison… Quand sommes-nous venus jusqu’à toi ?”
Et le Roi leur répondra : “Amen, je vous le dis : chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait.”
Alors il dira à ceux qui seront à sa gauche : “Allez-vous-en loin de moi, vous les maudits, dans le feu éternel préparé pour le diable et ses anges. Car j’avais faim, et vous ne m’avez pas donné à manger ; j’avais soif, et vous ne m’avez pas donné à boire ; j’étais un étranger, et vous ne m’avez pas accueilli ; j’étais nu, et vous ne m’avez pas habillé ; j’étais malade et en prison, et vous ne m’avez pas visité.”
Alors ils répondront, eux aussi : “Seigneur, quand t’avons-nous vu avoir faim, avoir soif, être nu, étranger, malade ou en prison, sans nous mettre à ton service ?”
Il leur répondra : “Amen, je vous le dis : chaque fois que vous ne l’avez pas fait à l’un de ces plus petits, c’est à moi que vous ne l’avez pas fait.”
Et ils s’en iront, ceux-ci au châtiment éternel, et les justes, à la vie éternelle. »

 

Textes liturgiques © AELF, Paris

 

1

J’observe cette scène que Jésus décrit. Je vois la surprise des uns et des autres quand ils apprennent que Jésus était présent au pauvre, au malade, au prisonnier. Qu’est-ce que cette surprise dit de leurs vies ? De leurs motivations profondes ? Je peux éprouver leurs sentiments quand ils se découvrent bénis ou maudits.

 

2

Cette scène de jugement et de séparation, est une invitation que me fait Dieu à choisir la voie de la vie. Je rends grâce pour les gestes d’attention que j’ai eu ces derniers temps ; je reconnais aussi que ma vie s’est détournée de ceux qui m’interpellaient au cœur de leur épreuves, petites ou grandes.

 

3

Aujourd’hui, de par le monde, des hommes et des femmes de bonne volonté donnent de leur temps au service des plus petits, des plus fragiles. Je prie le Seigneur pour eux. Que tous ces actes de charité illuminent chaque jour un peu plus le monde.

 

Introduction à la deuxième écoute

J''''écoute à nouveau ce texte d’évangile. Je sens toute l’importance de l’enjeu: rien moins que la vie éternelle.

 

Invitation à une prière personnelle

Je m’adresse maintenant à Jésus, comme à un ami. A la fin de cette prière, à quels actes est-ce que je me sens invité ? A quel changement de regard ? Je partage tout cela à Jésus, sûr que son Esprit m’aidera le moment venu.