Me voici Seigneur pour te prier. Envoie ton Esprit afin que je sois attentif à ta parole. Donne-moi la grâce de savoir reconnaître le passage de ton souffle dans ma vie, dans la gratitude. Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit. Amen.

 

Le chœur du séminaire français de Rome chante L’amour de la croix.

 

1

« En chemin à travers le désert, le peuple perdit courage. » J’imagine cette marche : je sens la chaleur du soleil, j’imagine ces grains de sable portés par le vent, ils troublent l’horizon. Comment imaginer l’avenir dans ces conditions ? Et comment ne serions-nous pas tentés d’idéaliser le passé ?

 

2

« Nous avons péché en récriminant contre le Seigneur. » Le venin de la récrimination empêche le peuple d’avancer.  Y a-t-il dans ma propre histoire des lieux où j’ai pu être paralysé par l’ingratitude et la noirceur de cœur ? À qui ai-je alors eu recours ?

 

3

« Quand un homme était mordu par un serpent , et qu’il regardait vers le serpent de bronze, il restait en vie ! » Regarder le serpent en bronze, c’est regarder en face le mal qui nous entrave. En osant cela, la morsure ne signe plus l’arrêt de mort. Comment comprendre cette mystérieuse espérance ?

 

Introduction à la deuxième écoute

La Croix glorieuse célèbre l’élévation du Christ qui prend sur lui tout le venin du monde. Je le regarde, Lui, le Fils qui s’est anéanti, jusqu’à se confronter au pouvoir de la mort. En regardant la croix, j’accueille la vie.

 

Invitation à une prière personnelle

Un serpent élevé en plein désert, une croix élevée à l’écart de Jérusalem : voilà de quoi troubler notre intelligence. Je confie tout cela au Christ : mon étonnement, ma confusion.  Comme un ami parle à un ami, je lui dis ce qui monte de mon cœur.

 

Prière finale

Prends, Seigneur et reçois,
toute ma liberté.
ma mémoire,
mon intelligence
et toute ma volonté;
Tout ce que j'ai et possède,
c'est Toi qui me l'as donné:
A Toi, Seigneur, je le rends
Tout est à Toi,
disposes-en selon Ton entière volonté.
Donne-moi ton amour et ta grâce :
c'est assez pour moi.