En ce jour, la liturgie nous propose de faire mémoire de martyrs morts en pays de mission. Je me dispose à entrer dans ce temps de prière en me mettant sous leurs intercessions. Que leur générosité à témoigner de leur amour du Christ et de l’humanité irrigue ma vie. Au nom du Père, et du Fils et du Saint Esprit. Amen.

 

Les séminaristes de la maison Sainte Thérèse chantent Pour t’aimer ô mon Dieu. Avec eux, j’ouvre mon cœur et mon esprit, tout mon être, à l’amour du Christ.

 

1

La scène que nous contemplons en ce jour nous met directement en compagnie de Jésus, dans le collège des apôtres, sur une barque. Dans ce récit qui met en scène Jésus et les apôtres, je suis particulièrement attentif à la figure de l’apôtre Pierre qui s’entend dire de la part du Seigneur : « Avance au large ».

 

2

Je laisse maintenant résonner cette invitation du Christ comme si elle m’était adressée : « Avance au large ». De quoi peut-il s’agir ? Pourquoi avancer au large ? Qu’est-ce qui pourrait entraver cette demande du Christ ?

 

3

La pèche est abondante, débordante même et cela plonge les disciples et Pierre dans la crainte. Une crainte qui est d’abord un sentiment d’indignité face à Dieu. Ce à quoi Jésus répond : « Sois sans crainte ». J’entends cette invitation à aller plus loin, avec le Christ, laissant mes péchés et mes peurs derrière moi.

 

Introduction à la deuxième écoute

J’écoute à nouveau cette invitation qui m’est adressée par le Christ à aller de l’avant.

 

Invitation à une prière personnelle

Dans une prière toute confiante je rassemble ce que j’ai vécu durant ce temps de prière. J’en parle au Seigneur en toute simplicité. Il m’appelle à avancer au large, à quitte toute peur, à ancrer ma vie à sa suite.

 

Prière finale

Réjouis-toi Marie, pleine de grâces ;
le Seigneur est avec toi.
Tu es bénie entre toutes les femmes
et Jésus, Ton enfant, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
prie pour nous pauvres pécheurs,
maintenant et à l'heure de notre mort.

Amen.