L’amour, ça ne se commande pas. On ne peut pas décider d’aimer. C’est pourtant ce que demandent la loi juive et l’évangile : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu, et tu aimeras ton prochain » De quelle sorte d’amour peut-il s’agir ? Je demande à l’Esprit de Jésus-Christ de m’éclairer. Au nom du Père, et du Fils et du Saint Esprit. Amen

 

La Communauté de Taizé chante Bonum est confidere : Il est bon de se confier, et d’espérer dans le Seigneur.

 

1

La scène n’est pas très spectaculaire : une discussion entre théologiens. Il est question d’aimer son prochain comme on aime Dieu. Parmi mes prochains (proches ou lointains), quel est celui que j’ai le plus de mal à aimer, à apprécier ? Je m’essaie à le contempler avec le moins de ressentiment possible.

 

2

« Aimez vos ennemis ! » : Voilà un amour demandé qui est tout sauf affectif, sentimental. Aimer le prochain, ce peut être d’abord ne pas le traiter en ennemi, ne pas lui rendre le mal qu’il me fait peut-être. Puis, essayer de ne pas lui manifester que je ne l’aime pas. Je médite cela.

 

3

La clé de tout, c’est d’aimer Jésus. C’est Jésus qu’il faut apprendre à aimer d’abord. Jésus, éminemment sympathique, est plus facile à aimer que Dieu, qu’on ne voit pas, et que le prochain, qu’on ne voit que trop. Quand on aime Jésus, il devient difficile de ne pas aimer Dieu son Père et de ne pas essayer d’aimer son prochain.

 

Introduction à la deuxième écoute

Pour écouter à nouveau cette page d’évangile, je regarde Jésus contemplant la foule qui se presse autour de lui à maintes reprises, pour l’écouter et lui présenter ses malades et ses estropiés.

 

Invitation à une prière personnelle

Je m’adresse à Jésus pour lui demander le secret de sa patience devant la méchanceté et la bêtise des hommes, et peut-être la mienne...

 

Prière finale

Seigneur Jésus,
Apprenez-nous à être généreux,
A Vous servir comme Vous le méritez
A donner sans compter,
A combattre sans souci des blessures,
A travailler sans chercher le repos,
A nous dépenser, sans attendre d'autre récompense,
que celle de savoir que nous faisons Votre Sainte Volonté.