« Rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu ! » L’évangile du jour ne nous invite pas seulement à réfléchir sur les rapports du politique et du religieux. Il nous interroge sur nos priorités : Dieu ou l’argent ? Je demande la grâce du discernement. Au nom du Père, et du Fils et du Saint Esprit. Amen

 

Diony’s voice chante Hear me praying Lord.

 

1

Je regarde Jésus cerné par ceux qui veulent le coincer. Oui, dit Jésus, il faut respecter les règles de la société politique. Le chrétien n’est pas au-dessus des lois. Si vous acceptez la protection de l’État, il faut contribuer. Mais si le désir de sécurité est une bonne chose, quelle est la place de Dieu dans cette vie ?

 

2

Saint Augustin, commentant cet épisode, interroge : « quelle image est gravée au fond de ton cœur ? L’image de César ? Non, celle de Dieu, car tu as été fait à son image. L’homme est image de Dieu. Alors tu dois d’abord rendre à Dieu ce qui lui revient : ton cœur, ta personne. » Quelle place Dieu a-t-il dans ma vie ?

 

3

Jésus dit : « Vous ne pouvez pas servir Dieu et l’argent. » L’argent n’est qu’un moyen, mais il peut facilement régner sur le cœur de l’homme. Que fais-je de mon argent ? En quoi est-il au service de l’amitié et de la fraternité ?

 

Introduction à la deuxième écoute

J’écoute à nouveau l’évangile, en me représentant une de ces grandes tours, symboles du culte de l’argent dans notre société.

 

Invitation à une prière personnelle

Je m’adresse maintenant à Jésus, qui payait l’impôt du Temple de Jérusalem, mais qui n’avait pas de pierre où reposer sa tête. Jésus qui se souciait de nourrir ceux qui venaient l’écouter sans avoir pris de provisions avec eux… Jésus, un homme pour les autres.

 

Prière finale

Prends, Seigneur et reçois,
toute ma liberté.
ma mémoire,
mon intelligence
et toute ma volonté;
Tout ce que j'ai et possède,
c'est Toi qui me l'as donné:
A Toi, Seigneur, je le rends
Tout est à Toi,
disposes-en selon Ton entière volonté.
Donne-moi ton amour et ta grâce :
c'est assez pour moi.