Me voici Seigneur en ce début de semaine ; je me présente à toi avec tout ce que je suis, avec les projets des jours à venir, mes joies et mes soucis du moment. Accueille-moi et donne-moi de me laisser enseigner par Marie notre mère que nous fêtons aujourd’hui. Au nom du Père, et du Fils et du Saint Esprit. Amen

 

Le foyer de Charité d’Ottrot chante Sous ta miséricorde.

 

1

La liturgie de ce jour nous propose de nous unir à un petit groupe rassemblé aux pieds de la Croix, accompagnant l’agonie de Jésus. Je me rapproche d’eux : il y a là Marie la mère de Jésus, deux autres femmes, Marie et Marie Madeleine, et Jean. Je les contemple, les écoute, imagine leur sentiments.

 

2

Puis deux phrases simples : « Femme, voici ton fils. », « Voici ta mère. » À travers ces simples mots, c’est aussi à moi qu’il s’adresse, me donnant une place filiale auprès de Marie, et de responsabilité envers elle. Je médite ce mystère qu’est l’Église : un corps qui m’accueille ; un corps dont j’ai la responsabilité.

 

3

Le passage se termine de manière étonnante. Malgré sa mort, et à travers sa mort, Jésus continue à donner la vie : de son côté transpercé coule du sang et de l’eau. Ils peuvent symboliser l’eucharistie et le baptême : deux lieux de vie pour le croyant. Avec Marie, je contemple ce mystère.

 

Introduction à la deuxième écoute

Écoutons à nouveau ce passage, auprès de Marie, première Église.

 

Invitation à une prière personnelle

À la fin de ce temps de prière, en ce jour je m’adresse particulièrement à Marie. Je lui demande d’intercéder pour moi, de m’aider à m’attacher davantage à l’Église, qui sans ma présence ne peut refléter le visage aimant du Christ.

 

Prière finale

Réjouis-toi Marie, pleine de grâces ;
le Seigneur est avec toi.
Tu es bénie entre toutes les femmes
et Jésus, Ton enfant, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
prie pour nous pauvres pécheurs,
maintenant et à l'heure de notre mort.

Amen.