Alors que nous avançons dans la semaine, méditons aujourd’hui avec Jésus livré par ses contemporains à Pilate pour qu’il soit jugé. Je me présente devant le Seigneur avec tout ce que je suis. Après un temps de silence, je lui demande de savoir discerner ce qui est du monde et ce qui est de Dieu. Au nom du Père, et du Fils et du Saint Esprit. Amen

 

Les petits chanteurs de Chaillot chantent Un homme au cœur de feu.

 

1

C’est le destin tragique de Jésus qui se joue dans cet étrange tribunal. J’en contemple les protagonistes : le juge Pilate, représentant du pouvoir romain, de l’empire et l’accusé, Jésus, représentant d’un autre pouvoir : le Royaume de Dieu. Deux hommes, deux royaumes et des accusateurs qui restent dehors de peur de se souiller.

 

2

Cette scène nous invite à nous interroger sur la justice que nous attendons. Un instant, je porte dans ma prière les juges, les magistrats, les avocats. Plus largement, je confie celles et ceux qui s’engagent pour des causes, pour la justice au quotidien.

 

3

Finalement Pilate laisse le peuple décider, laisse la haine décider. C’est le monde à l’envers. Le meurtrier est gracié. L’innocent qui faisait du bien, condamné. Je contemple ce renversement qui annonce l’abaissement, le dépouillement de Dieu jusqu’à la mort.

 

Introduction à la deuxième écoute

Écoutons à nouveau cet étrange dialogue, attentif à la notion de vérité qui s’exprime dans ces lignes.

 

Invitation à une prière personnelle

« Moi, je suis né, je suis venu dans le monde pour ceci : rendre témoignage à la vérité. » dit Jésus. Avec confiance, je partage à Dieu ce que j’ai pu découvrir de son témoignage par l’enseignement et la vie de Jésus.

 

Prière finale

Gloire au Père,
et au Fils,
et au Saint-Esprit,
au Dieu qui est,
qui était, et qui vient,
pour les siècles des siècles.
Amen.