Aujourd'hui nous poursuivons notre méditation de la passion en accompagnant Pierre qui se faufile dans la foule pour rester avec Jésus qui est emmené chez le grand prêtre. Ayant pris une lente inspiration, je me tourne vers le Seigneur, lui demandant la force de pouvoir rester aux côtés de Jésus malgré la peur. Au nom du Père, et du Fils et du Saint Esprit. Amen

 

Le chœur de Crimée chante Les pleurs d’Adam. Avec eux, je regarde et j’entends tomber les pleurs de notre humanité.

 

1

Pierre est en dehors du palais, mais un disciple connu du grand prêtre le fait entrer. Avec lui je passe la porte et je contemple cette cour, plongée dans une nuit froide. Tout à coup, une servante s’adresse à Pierre « N’es-tu pas, toi aussi, l’un des disciples de cet homme ? » « Non, je ne le suis pas ! » Je regarde cette scène.

 

2

Il fait froid et pour se réchauffer Pierre s’approche d’un feu de braise. Pourtant le cœur de Pierre se glace alors qu’il nie une deuxième fois le Christ tout en cherchant du réconfort auprès du feu... Quelles sont alors mes sources de réconfort ? Qu’est-ce qui me réchauffe vraiment ?

 

3

Enfin pour la troisième fois Pierre renie son maître et ami, et même devant l’évidence : « Est-ce que moi, je ne t’ai pas vu dans le jardin avec lui ? » Et pendant ce temps Jésus est là, calme, rappelant la vérité, qu’il n’a jamais caché, et ne répondant pas à la violence de la gifle. Quel enseignement tirer de cette confrontation ?

 

Introduction à la deuxième écoute

Je contemple à nouveau cette double scène : d’un côté Pierre qui s’enferme dans le reniement et de l’autre Jésus réfutant Hanne.

 

Invitation à une prière personnelle

« Moi, j’ai parlé au monde ouvertement. » dit Jésus au grand-prêtre qui l’interroge. Un instant je fais mémoire de cet enseignement. Que répondrais-je au grand-prêtre ?

 

Prière finale

Gloire au Père,
et au Fils,
et au Saint-Esprit,
au Dieu qui est,
qui était, et qui vient,
pour les siècles des siècles.
Amen.