En 1597, Paul Miki, un jésuite japonais, fut torturé et exécuté avec une vingtaine d’autres catholiques japonais, au cours d’une vague de persécution. Par ses paroles de pardon, il a frappé les esprits. Au début de ma prière, je demande au Seigneur de faire aussi grandir en moi la capacité de pardonner. Au nom du Père, et du Fils et du Saint Esprit, amen.

 

Les voix de l’unité chantent l’Anima Christi.

 

1

Jésus avait envoyé ses disciples en mission et voilà qu’ils reviennent, qu’ils lui racontent ce qu’ils ont fait. Je peux tout simplement faire comme eux. Avec les mots, je dis au Seigneur ce qu’a été ma vie ces derniers jours. Comme pour les disciples il y a 2000 ans, il n’est pas indifférent à ce que je vis.

 

2

Jésus voit la fatigue de ses disciples. Il les invite à se reposer. En voyant Jésus prendre soin de ses amis, je peux en profiter pour reconnaître mes propres sources de fatigue, et peut-être même de découragement. Je les confie à Jésus, je lui demande de m’aider à trouver des lieux de repos, de ressourcement au quotidien.

 

3

L’évangile dit que Jésus est saisi de compassion pour les foules. Ce n’est pas une détresse physique qui habite les foules, c’est plutôt une détresse morale, le doute, le manque de sens, le manque d’amour. Jésus prend le temps de la parole avec eux. Qui autour de moi aurait besoin de mon temps, de mon réconfort ?

 

Introduction à la deuxième écoute

Je me dispose intérieurement à réentendre ce passage d’évangile.

 

Invitation à une prière personnelle

Dans ce récit, Jésus apparaît comme un ami prévenant, attentif tant pour ses disciples que pour la foule. C’est à ce même Jésus que je m’adresse maintenant, par une parole simple et franche, que je lui confie les pensées qui me viennent après ce moment de prière.

 

Prière finale

Réjouis-toi Marie, pleine de grâces ;
le Seigneur est avec toi.
Tu es bénie entre toutes les femmes
et Jésus, Ton enfant, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
prie pour nous pauvres pécheurs,
maintenant et à l'heure de notre mort.

Amen.