En ce dimanche, je me présente devant Dieu avec tout ce que je suis, mon histoire, mon corps, les pensées qui m’habitent, tout ce qui fait mon quotidien. Dieu m’attend avec tout ce que je suis, et rien de moins. Que ce temps de prière m’aide à user de tous mes dons pour servir Dieu et les frères. Au nom du Père, et du Fils et du Saint Esprit. Amen

 

Le Cœur Saint-Alexandre de Nevsky chante Nous te chantons. Avec eux je prends le temps d’entrer dans ce temps de prière et de louange.

 

1

Un instant, je fais mémoire de cette longue parabole : un maître qui part en voyage, des serviteurs qui se voient confier des sommes conséquentes chacun selon ses capacités, des réactions diverses face à la responsabilité ou à la confiance donnée et le retour du maître longtemps après pour demander des comptes. Qu’est-ce qui me rejoint particulièrement ?

 

2

La réaction du troisième serviteur, sa peur, son immobilisme trahissent un manque de confiance en son maître mais aussi en ses propres capacités. Sans vouloir surinterpréter ce passage, n’est-ce pas le manque d’audace qui est ici visé ? Sans audace, pas de risque mais pas de fruit non plus… Une situation concrète me vient-elle à l’esprit ?
Introduction à la deuxième écoute
J’écoute à nouveau cette parabole, je contemple cette scène comme si c’était la première fois que je l’entendais.

 

Invitation à une prière personnelle

À la fin de ce temps de prière, je m’adresse à Dieu. Je le remercie pour la confiance qu’il m’a faite en me donnant la vie, mes aptitudes et mes dons, mes relations. Un instant, dans un cœur à cœur avec Dieu, je lui demande son aide pour les faire fructifier pour que grandisse son Royaume.

 

Prière finale

Gloire au Père,
et au Fils,
et au Saint-Esprit,
au Dieu qui est,
qui était, et qui vient,
pour les siècles des siècles.
Amen.