La Compagnie de Jésus, fondée en 1540 par le Pape avec St Ignace de Loyola et ses premiers compagnons, a reçu en elle beaucoup de saints dont de nombreux martyrs. Je demande la grâce de me réjouir du don de leur vie. Au nom du Père, et du Fils et du Saint-Esprit. Amen.

 

Cristobal Fones chante Amarte a ti señor : « Seigneur c’est toi qui m’as tout donné, qu’en retour je puisse en tout aimer et servir ».

 

1

Aller chercher la brebis perdue. Être touché de compassion au point de se mettre en route. Voilà la grâce reçue par tant de compagnons de Jésus sortis de leurs sécurités, de leur famille, pour témoigner de la miséricorde du Seigneur Jésus aux pauvres, aux malades, aux pécheurs. Je contemple un instant ces vies à la suite du Christ.

 

2

Quand il l’a retrouvée, il prend la brebis sur ses épaules, tout joyeux. Je me représente la joie du berger qui porte la brebis retrouvée sur ses épaules. La joie du père du fils prodigue quand il l’a retrouvé. C’est la joie de Jésus. J’exprime à Dieu mon désir de cette joie et la grâce de la compassion.

 

3

Il y a de la joie devant les anges de Dieu pour un seul pécheur qui se convertit. Les saints de la Compagnie de Jésus ont partagé cette joie des anges. De quoi se réjouissent-ils ? D’où vient la conversion du pécheur ? Qu’ai-je à déposer au creux des mains de Jésus pour être davantage à lui ?

 

Introduction à la deuxième écoute

Écoutons à nouveau cette parabole avec St Ignace, St François Xavier, St Jean-François Régis, saint Pierre Claver et tant d’autres.

 

Invitation à une prière personnelle

À la fin de ce temps de prière, je parle simplement à Dieu comme un serviteur à son Maître. Je peux rendre grâce pour ces hommes associés à la compassion de Jésus et habités d’un grand zèle apostolique pour le salut de tous les hommes.