Cette fête a été instituée après une victoire attribuée à l’intercession de Marie à la bataille de Vienne sur les Turcs en 1683. Si cet épisode peut nous sembler un peu anachronique, il nous invite cependant à savoir demander à Marie son intercession auprès de son Fils dans les combats que nous avons à mener. Au nom du Père, et du Fils et du Saint-Esprit. Amen.

 

Les carmélites de Pecs chantent l’hymne grec Agni Parthene de Saint Néctaire d’Égine : Sainte Marie, mère de Dieu, priez pour nous qui avons recours à vous.

 

1

Jésus instruit ses disciples, je suis l’un d’entre eux. Avec lui je regarde quel arbre je suis, les fruits que je porte, et ce qui peut sortir de mon cœur. Je lui en parle librement, me réjouissant avec lui des bons fruits, pour tout le bien qui a pu passer à travers moi, et lui demandant pardon pour ce que j’ai laissé pourrir en moi.

 

2

Le fruit, comme la parole, c’est ce qui sort du cœur. Comme le fruit peut être bon ou pourri, la parole peut être juste ou mensongère. Elle est juste, si elle est liée aux actes posés ; Elle est mensongère, si elle dit autre chose que ce qui est fait. Invoquer Dieu ou les saints est bon, si je fais aussi ce que je demande. Je rends grâce pour mes paroles justes, je demande pardon pour les mensonges.

 

3

Par Marie, Dieu accomplit la promesse faite à David : il lui donne une maison, fondée sur le roc de sa parole, son propre Fils. En Marie, la Parole prend corps, devient un homme, mettant au jour et réalisant ce qu’il y a dans le cœur de Dieu. Je rends grâce pour ce don, et je demande à y être associé.

 

Introduction à la deuxième écoute

En écoutant de nouveau ces deux paraboles, je demande la grâce de me laisser, comme Marie, remplir de la Parole qui se livre à moi, afin qu’elle devienne la règle de mon action.

 

Invitation à une prière personnelle

Au terme de cette prière, je rassemble tout ce qui s’est produit en moi pendant ces quelques minutes ; je le présente à Dieu, lui rendant grâce de m’appeler à vivre avec lui, lui demandant pardon de mes complicités avec le mal, l’appelant à l’aide pour accomplir en tout, le désir de son cœur.

 

Prière finale

Mon Père,
Je m'abandonne à toi,
fais de moi ce qu'il te plaira.

Quoi que tu fasses de moi,
je te remercie.

Je suis prêt à tout, j'accepte tout.
Pourvu que ta volonté
se fasse en moi, en toutes tes créatures,
je ne désire rien d'autre, mon Dieu.

Je remets mon âme entre tes mains.
Je te la donne, mon Dieu,
avec tout l'amour de mon cœur,
parce que je t'aime,
et que ce m'est un besoin d'amour
de me donner,
de me remettre entre tes mains, sans mesure,
avec une infinie confiance,
car tu es mon Père.