Hier, le Seigneur nous faisait entendre son appel. Aujourd’hui, c’est nous qui l’appelons : Seigneur, sois le pasteur de ton peuple ! Oui Seigneur, accorde-moi la grâce de renoncer à mes idoles et de mettre en toi toute ma confiance. Au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. Amen.

 

Les Dominicaines de Beaufort chantent Les miséricordes du Seigneur.

 

1

Je contemple le peuple de Dieu, un troupeau isolé dans un maquis, un endroit sec, mais entouré de vergers. Je m’étonne : d’habitude, c’est le verger qui est entouré de maquis. Ici, le troupeau est dans un milieu hostile, alors que tout est magnifiquement planté autour de lui. Je m’interroge : que s’est-il donc passé ?

 

2

Ce troupeau s’est écarté de son pasteur, il est retourné dans la terre d’esclavage d’où il avait été libéré, il a fait pénétrer l’ancienne idolâtrie à l’intérieur même du pays qui lui avait été donné, et ce pays est devenu maquis hostile au milieu des vergers fertiles. Comment avons-nous pu ainsi nous égarer ?

 

3

Le passage se termine par un acte de foi : « tu nous montreras ta miséricorde, tu fouleras aux pieds nos crimes, tu jetteras au fond de la mer tous nos péchés ! » En regardant le monde, l’Église, ma communauté de vie, ma famille ou ma vie, je choisis un point sur lequel je suis invité à la conversion. Dieu sauve moi !

 

Introduction à la deuxième écoute

En écoutant une deuxième fois cette prière, je me souviens de toutes les grâces reçues, et je m’associe à cette supplication, dans la certitude que, déjà, nous sommes exaucés.

 

Invitation à une prière personnelle

Je reviens sur tout ce que j’ai entendu et contemplé pendant ce temps, je rends grâce à Dieu qui ramène à lui son peuple égaré, je lui demande de changer notre regard et notre cœur, à cause de son amour et sa fidélité.