En ce jour, je veux répondre à l’appel du Seigneur. Il m’invite à me tourner vers lui en méditant sa parole. Humblement, je me demande : « Avec quoi me présenterai-je devant Dieu ? ». Que l’Esprit me fasse découvrir ce que le Père attend vraiment de moi, qui suis devenu son enfant, dans le Christ. Au nom du Père, et du Fils et du Saint-Esprit. Amen.

 

La Communauté de Taizé chante Aber du Weisst den Weg für mich « Dieu, permets que me pensées se rassemblent vers toi, toi qui es lumière. Je ne comprends pas tes voies, mais toi, tu connais mon chemin. »

 

1

Un moment, je contemple ce roi d’Israël qui a été interpellé par le prophète Michée. Il réalise qu’il s’est éloigné de Dieu et il désire revenir vers lui. Puis je regarde ce prophète qui rappelle les bienfaits de Dieu : je t’ai fait monter d’Égypte, sortir d’esclavage et donné des guides… Oui Dieu est d’abord bonté avec moi.

 

2

Le roi a peur de Dieu. Il veut se concilier ses bonnes grâces. Comment l’amadouer ? Que lui donner, pour qu’il se calme ? De l’huile, des animaux, jusqu’à son fils ? Il est prêt à tout donner, tant que ce sont des objets extérieurs à lui-même, et que ça ne le touche pas vraiment. Je me reconnais dans cette fausseté.

 

3

Mais le prophète reprend la parole : On t’a fait savoir ce que Dieu veut, rien de tout cela, mais la justice, la tendresse miséricordieuse, la marche à la suite du Seigneur. Je me laisse toucher, réconforter, attirer par la douceur du Père.

 

Introduction à la deuxième écoute

En écoutant à nouveau cette histoire, je me rends attentif à ce que l’homme veut donner et à ce que Dieu demande. Vais-je lui donner ce qu’il désire ?

 

Invitation à une prière personnelle

En finissant cette prière, je rends grâce à Dieu. En me disant ce qu’il désire vraiment, il me dit aussi ce qu’il me donne, cette grâce de pouvoir le suivre en vivant la justice et l’amour. Je lui demande de répondre à son désir.