En ce jour la France célèbre sa fête nationale. Même si nous venons d’une autre partie de la Francophonie ou du monde, nous pouvons prier pour cette nation. Qu'elle se souvienne et vive pleinement de sa devise qui est enracinée dans une notion évangélique : la fraternité. Au nom du Père, et du Fils, et du Saint Esprit. Amen.

Margaret Rizza chante O Lord, listen to my prayer : « mon Dieu, écoute ma prière lorsque je crie vers toi »

 

1

Au début de ce temps, je m’approche de Jésus. Je l'écoute et me laisse surprendre par ces reproches sévères qu’il adresse aux villes du lac de Galilée : Chorazeïn, Bethsaïde, Capharnaüm. Elles n'ont pas accueilli la Parole, malgré les nombreux miracles accomplis en leur sein. Que ressent Jésus ?

 

2

Ces villes de Galilée sont pourtant la patrie de Jésus et des premiers disciples. Elles sont même devenues pires que Sodome, ou que Ninive qui s'est pourtant convertie à la parole de Jonas. Et Jésus, loin de les maudire, au contraire compatit à leur sort – Quel malheur pour vous ! - Et il en est de même pour moi...

 

3

Tirer profit ! Les Douze ont tenu dans ce milieu qui a refusé de reconnaître la présence de Dieu, parce qu'ils tenaient à Jésus et lui faisaient totale confiance. Et nous ? Et moi ? Croire, c'est faire confiance. Alors pour m’encourager, je peux redire : « Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle. »

 

Introduction à la deuxième écoute

J’écoute à nouveau cet appel à la conversion

Colloque
Je m'adresse au Seigneur. Je lui redis mon attachement, me faisant solidaire du monde qui m'entoure : « Autant notre misère est plus grande, faut-il avoir une plus grande confiance » disait François de Sales, « Car la confiance est la vie de l'âme ; ôtez-lui la confiance, vous lui donnez la mort ».

 

Acte de confiance de Saint Claude la Colombière

« Mon Dieu, je suis si persuadé que vous veillez sur ceux qui espèrent en vous, et qu'on ne peut manquer de rien quand on attend de vous toutes choses, que j'ai résolu de vivre à l’avenir sans aucun souci, et de me décharger sur vous de toutes mes inquiétudes… Ainsi j'espère que vous me tiendrez dans les penchants les plus rapides, que vous me soutiendrez contre les plus furieux assauts... J'espère que vous m'aimerez toujours, et que je vous aimerai aussi sans relâche...»