Jean Baptiste est considéré comme le dernier des prophètes, dernier de ces hommes qui annoncent à temps et à contretemps la venue du sauveur. Seigneur donne-moi de me laisser déranger par ta parole, de me laisser relever, de t’accueillir dans ma vie. Au nom du Père, et du Fils et du Saint Esprit. Amen !

 

Les moines de Keur Moussa chantent Du bout de la terre je t’appelle.

 

1

Ce passage du livre d’Isaïe est très touchant. On y voit le prophète reconnaître que Dieu est avec lui depuis le sein de sa mère : avant même sa naissance il est aimé de Dieu. Et il en est de même pour chacun de nous. Lentement, je redis mon prénom : C’est aujourd’hui Dieu qui le prononce et m’appelle ainsi.

 

2

Une promesse est faite à cet enfant : « En toi je manifesterai ma splendeur. » Et pour cela Dieu donne, offre des dons. J’ai moi aussi reçu des dons : l’écoute, la parole, un talent qu’on me reconnaît. Sans désir de gloriole, je les présente simplement à Dieu. C’est lui qui m’a donné tout cela et j’en rends grâce.

 

3

Au cœur de ce don, la peur peut survenir. Nombreux seront les prophètes effrayés par la mission à laquelle Dieu les convoque. Là encore, écoutons Isaïe : « C’est mon Dieu qui est ma force. » A mon tour, je confie à Dieu mes peurs, mes manques de confiance, mes doutes. Il est là et sera ma force.

 

Introduction à la deuxième écoute

Laissons-nous à nouveau porter par la poésie de ce passage.

 

Invitation à un temps de prière personnelle

Je m’adresse maintenant plus directement à Dieu. Il est la source de la vie, de ma vie. Il m’a doté de tant de dons. Il me réconforte si la crainte m’habite. Il est mon Père, mon Frère et veut pour moi la vie. Je peux aussi prier Jean-Baptiste d’intercéder pour moi afin que je reconnaisse l’appel à être prophète aujourd’hui.