Texte de la prière

La vie de la jeune Bakhita suit le chemin de l’abandon : de l’état d’esclave au Soudan au petits ménages en Italie. C’est là qu’elle découvre le Christ, et reçoit une consolation sans pareille : elle veut être « la fille d’un Père qui ne l’abandonnera jamais ». Je me joins à cette demande de grâce : O Dieu, envoie dans mon cœur l’Esprit de ton Fils qui crie « Père ». Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit, Amen.

 

La Communauté du Chemin Neuf chante Tu es mon Père. Un instant je me repose dans l’infinie tendresse de Dieu, comme un enfant dans les bras de sa mère.

 

1

Dans cet Évangile, Jésus devient le Maître du repos. Grâce à l’imagination, je me rends sensible à l’organisation logistique qu’il met en place : choix du bon endroit, préparation des barques. Avec le Christ, j’anticipe ce moment à l’écart.

 

2

« Beaucoup comprirent leur intention. Alors, à pied, de toutes les villes, ils coururent là-bas. » Changement d’ambiance. Cette fois, je me rends sensible à cette autre organisation, à cette urgence… Je me fais une place dans ce branle-bas-de-combat.

 

3

« En débarquant, Jésus vit une grande foule. » Voilà que le lieu de repos s’est transformé. Je mesure ce décalage… Je regarde la scène, j’observe les visages. D’abord ceux des disciples, puis ceux des gens sur la berge, et ensuite celui de Jésus. Je réfléchis en moi-même.

 

Introduction à la deuxième écoute

En écoutant une deuxième fois ce passage, je suis attentif aux expressions sur les visages des personnages.

 

Invitation à une prière personnelle

Du repos à la mission : le travail, les enfants, un souci administratif ; parfois la vie bouscule nos plans. Aujourd’hui, je parle à cet ami Jésus qui a partagé mon humanité bousculée. Je lui dis le fond de ma pensée, en toute franchise.