Le Verbe de Dieu a voulu entrer dans notre humanité par la porte qu’est Marie. Elle est mère de Celui qui l’a créée, comme a osé le penser le concile d’Ephèse en 431. Elle est aussi notre mère, puisque le corps du Christ, désormais, c’est nous ! A l’image de Marie, donne-moi de retenir et méditer ta Parole. Au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit.

La lecture de ce jour est tirée de l’évangile selon saint Luc. Marie a gardé pour nous mémoire des commencements de Jésus.

Passage biblique

En ce temps-là, les bergers se hâtèrent d’aller à Bethléem, et ils découvrirent Marie et Joseph, avec le nouveau-né couché dans la mangeoire. Après avoir vu, ils racontèrent ce qui leur avait été annoncé au sujet de cet enfant. Et tous ceux qui entendirent s’étonnaient de ce que leur racontaient les bergers. Marie, cependant, retenait tous ces événements et les méditait dans son cœur. Les bergers repartirent ; ils glorifiaient et louaient Dieu pour tout ce qu’ils avaient entendu et vu, selon ce qui leur avait été annoncé.

Quand fut arrivé le huitième jour, celui de la circoncision, l’enfant reçut le nom de Jésus, le nom que l’ange lui avait donné avant sa conception.
© aelf.org

Piste 1

Je contemple Jésus et sa première cour d’admirateurs : les bergers et les gens du coin. Que sera ce petit ? Ça jacasse, ça s’émeut, ça tire des plans sur la comète… Marie, elle, reste silencieuse, perdue dans l’adoration de cette présence sortie d’elle-même. Jésus n’est pas pour elle, mais pour ce pauvre monde.

Piste 2

Quel contraste entre ce qui avait été annoncé à Marie par Gabriel et le pauvre décor de l’étable ! Le « Fils du Très Haut » couché dans une mangeoire ! L’héritier du roi David livré en pâture au tout-venant ! Marie pense, compare… Je contemple sa foi pour croire qu’elle n’a pas rêvé et que Dieu tiendra sa promesse !

Piste 3

Oui, Marie tiendra parole. Elle fera donner à son fils le nom qu’avait indiqué l’ange avant sa conception : Jésus, Yachoua, c’est-à dire : « Dieu sauve ». Cet enfant n’est pas pour elle, mais pour le monde. Car « Dieu veut que tous les hommes soient sauvés ». Marie, mère de Dieu, mère de l’Eglise.

Introduction à la deuxième lecture du texte biblique

J’écoute à nouveau ce récit, en essayant de regarder Jésus, les bergers, les voisins, avec les yeux de Marie.

Piste finale, introduction à un temps de colloque

Je m’adresse à Marie. Elle a été l’interlocutrice, la partenaire privilégiée du Dieu qui fait alliance avec les hommes. Elle a cru en Dieu et en son fils comme personne ne pourra jamais croire. Qu’elle m’obtienne un peu de cette confiance paisible en ce Dieu si silencieux et en ce Fils tellement déroutant.

Prière finale
Je vous salue Marie