Texte de la prière

La fête d'aujourd'hui m'invite à contempler Marie, toute donnée à Dieu. Je me confie à son intercession, pour que ma propre vie soit elle aussi toujours davantage donnée à Dieu. Au nom du Père, du Fils, et du Saint Esprit, amen.

 

Les séminaristes du séminaire français de Rome chantent Sous l’abri de ta miséricorde.

 

1

Le court passage que nous venons d’entendre nous montre une scène rare : Jésus pleure. Je reste à contempler Jésus pleurer. A travers lui, c’est Dieu qui pleure. Face au mal, au malheur à venir, Jésus se laisse toucher, en profondeur. Quel est donc ce Dieu qui se laisse affecter ainsi ?

 

2

Jésus parle d’une occasion manquée. Faute de l’avoir reconnu, faute d’être rentré dans une façon nouvelle de vivre, l’histoire continue pour Jérusalem, avec toute sa part de violence. Dans ma vie de ces derniers jours, j’ai peut-être été témoin de telles occasions manquées. A quel rôle suis-je alors convié ? Quel geste, quelle parole ?

 

3

En ce jour où nous fêtons Marie, mère du Christ, mère de l’Église, c’est l’occasion de prier pour toutes les mères, mais en particulier, à la lumière du texte d’aujourd’hui, pour toutes les mères qui souffrent de voir souffrir leurs enfants. Que Dieu les soutienne de son amour.

 

Introduction à la deuxième écoute

J’écoute à nouveau ce court passage, où Jésus révèle son cœur aimant et souffrant.

 

Invitation à une prière personnelle

Je termine ma prière en me tournant vers Marie. Elle est aussi ma mère et c’est vers cette mère que je me tourne. Comme un enfant dans les bras de sa mère, je lui confie ma vie, mes joies et mes difficultés du moment.