Texte de la prière

En ce jour, nous poursuivons la lecture de la lettre aux Romains. Donne-moi Seigneur de goûter pleinement au souffle vigoureux de la plume de ton apôtre Paul. Au Nom du Père, du Fils, et du Saint Esprit. Amen

 

La Communauté de Taizé chante, Ô Lord hear my prayer. Avec eux, j’entre en prière avec tout ce qui fait ma vie aujourd’hui.

 

1

Saint Paul fait preuve d’un courage assez étonnant. Il confesse le combat spirituel qui l’habite. Je contemple un instant cet homme qui a choisi de suivre radicalement le Christ, le préférer à tout, et qui pourtant fait l’expérience d’être prisonnier du péché. Comment cela me rejoint-il ?

 

2

« Ce qui est à ma portée, c’est de vouloir le bien, mais pas de l’accomplir. Je ne fais pas le bien que je voudrais, mais je commets le mal que je ne voudrais pas. » Entre le désir de bien agir et la mise en œuvre, comme Paul, nous faisons l’expérience d’un écart. A partir d’un exemple personnel, je m’en ouvre à Dieu.

 

3

Le passage se termine pourtant sur un cri d’espérance. Face à la tentation de rejeter tout ce qui est corporel, Paul s’appuie finalement sur celui qui peut tout, son frère et son maître : Jésus ressuscité. J’entre à mon tour dans cette confiance en répétant ces mots : « Grâce soit rendue à Dieu par Jésus Christ notre Seigneur ! »

 

Introduction à la deuxième écoute

Écoutons à nouveau cet extrait de saint Paul

 

Invitation à une prière personnelle

En méditant ce passage, j’ai sans doute pu faire mémoire des contradictions qui m’habitent, trop souvent désirant le bien, mais expérimentant le mal. J’en parle à Dieu, comme un ami parle à son ami, lui demandant conseil pour grandir en liberté et en unité.