Texte de la prière

Je rassemble mon esprit, mes pensées et je les oriente vers la prière qui commence. Le Seigneur me parle maintenant, je veux accueillir sa parole. Au nom du Père, du Fils, et du Saint Esprit, amen.

 

La Communauté de Taizé chante O Lord hear my prayer. En confiance j’entre en prière. Je me laisse être accueilli par le Seigneur, tel que je suis aujourd’hui.

 

La lecture de ce jour est tirée du chapitre 25 de l’évangile selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples cette parabole : « Un homme qui partait en voyage appela ses serviteurs et leur confia ses biens. À l’un il remit une somme de cinq talents, à un autre deux talents, au troisième un seul talent, à chacun selon ses capacités. Puis il partit.
Aussitôt, celui qui avait reçu les cinq talents s’en alla pour les faire valoir et en gagna cinq autres. De même, celui qui avait reçu deux talents en gagna deux autres. Mais celui qui n’en avait reçu qu’un alla creuser la terre et cacha l’argent de son maître.
Longtemps après, le maître de ces serviteurs revint et il leur demanda des comptes. Celui qui avait reçu cinq talents s’approcha, présenta cinq autres talents et dit : “Seigneur, tu m’as confié cinq talents ; voilà, j’en ai gagné cinq autres.”
Son maître lui déclara : “Très bien, serviteur bon et fidèle, tu as été fidèle pour peu de choses, je t’en confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton seigneur.”
Celui qui avait reçu deux talents s’approcha aussi et dit : “Seigneur, tu m’as confié deux talents ; voilà, j’en ai gagné deux autres.”
Son maître lui déclara : “Très bien, serviteur bon et fidèle, tu as été fidèle pour peu de choses, je t’en confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton seigneur.”
Celui qui avait reçu un seul talent s’approcha aussi et dit : “Seigneur, je savais que tu es un homme dur : tu moissonnes là où tu n’as pas semé, tu ramasses là où tu n’as pas répandu le grain. J’ai eu peur, et je suis allé cacher ton talent dans la terre. Le voici. Tu as ce qui t’appartient.”
Son maître lui répliqua : “Serviteur mauvais et paresseux, tu savais que je moissonne là où je n’ai pas semé, que je ramasse le grain là où je ne l’ai pas répandu. Alors, il fallait placer mon argent à la banque ; et, à mon retour, je l’aurais retrouvé avec les intérêts. Enlevez-lui donc son talent et donnez-le à celui qui en a dix. Car à celui qui a, on donnera encore, et il sera dans l’abondance ; mais celui qui n’a rien se verra enlever même ce qu’il a.
Quant à ce serviteur bon à rien, jetez-le dans les ténèbres extérieures ; là, il y aura des pleurs et des grincements de dents !” »

 

Textes liturgiques © AELF, Paris

 

1

Les deux premiers serviteurs font confiance ; ils n’hésitent pas à mettre en jeu ce qu’ils ont reçu et cela porte du fruit. Je contemple les dons que j’ai moi-même reçus. Je demande à l’Esprit Saint de m’inspirer comment les mettre au mieux au service du Royaume, pour qu’ils portent du fruit.

 

2

Le troisième serviteur a été paralysé par la peur. Peur de l’échec, peur de la punition. Je demande à l’Esprit de m’aider à confronter mes propres peurs, tout ce qui me retient, tout ce qui me fait douter. La lumière du Christ ressuscité désire habiter ces lieux.

 

Introduction à la deuxième écoute

En écoutant cette parabole une seconde fois, je ressens combien Dieu me fait confiance, à moi aussi.

 

Invitation à une prière personnelle

A la fin de ma prière, je prends un moment de proximité avec le Seigneur. De façon toute personnelle, à ma façon, avec mes mots, je réponds à la confiance qu’il place en moi, aux dons qu’il m’a donné.