Texte de la prière

Au début de cette prière je me présente à Dieu avec tout ce que je suis : avec mon corps, mes forces ou mes fatigues, avec mes pensées et mes sentiments de joie ou de découragement. C’est au cœur de tout cela que le Seigneur désire me rencontrer. Au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit. Amen.

 

La Communauté du Chemin Neuf chante Écoute. A mon tour j’apaise mon bruit intérieur, mes pensées, pour me préparer à écouter ce que Dieu veut me dire aujourd'hui. Je lui demande de m’aider à être disponible pour le rencontrer.

 

La lecture de ce jour est tirée du chapitre 12 de l’Évangile selon St Luc

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples :
«  Restez en tenue de service, votre ceinture autour des reins, et vos lampes allumées. Soyez comme des gens qui attendent leur maître à son retour des noces, pour lui ouvrir dès qu’il arrivera et frappera à la porte.
Heureux ces serviteurs-là que le maître, à son arrivée, trouvera en train de veiller. Amen, je vous le dis : c’est lui qui, la ceinture autour des reins, les fera prendre place à table et passera pour les servir.
S’il revient vers minuit ou vers trois heures du matin et qu’il les trouve ainsi, heureux sont-ils ! Vous le savez bien : si le maître de maison avait su à quelle heure le voleur viendrait, il n’aurait pas laissé percer le mur de sa maison. Vous aussi, tenez-vous prêts : c’est à l’heure où vous n’y penserez pas que le Fils de l’homme viendra. »

 

Textes liturgiques © AELF, Paris

 

1

Jésus est parti et les épreuves se succèdent. L’Église peut même décevoir. Et pourtant Jésus encourage à veiller malgré tout, à poursuivre le service quoiqu’il arrive. Un jour, Jésus lui-même ceindra le tablier, et ce sera lui qui nous accueillera. Quelle pensée, quel sentiment me viennent en contemplant cela ?

 

2

Veiller, c’est désirer. Comme des parents qui attendent un enfant, un malade un visiteur, l’amoureux sa fiancée. Mais le don de Dieu est discret. Il peut passer inaperçu. Seigneur ouvre mes sens intérieurs, les oreilles et les yeux de mon cœur, pour entendre ta parole au cœur de ma vie.

 

3

Mon attente n’est pas orpheline. Dieu lui-même est éveillé, attentif. Il nous précède sur nos chemins. Ainsi en veillant je m’associe à son œuvre créatrice. De quelle manière concrète Dieu m’appelle-t-il à cette participation ? Quels sont mes lieux de patience et d’espérance ?

 

Introduction à la deuxième écoute

J’écoute à nouveau cet appel de Jésus à devenir des contemplatifs, au cœur même de l’action.

 

Invitation à une prière personnelle

Dans un dernier temps de cette prière, avec confiance en cette promesse, j’ouvre à l’amitié du Seigneur mes difficultés et mes espérances.