Texte de la prière

Aujourd’hui, comme chaque dimanche, l’Église est convoquée à célébrer d’un seul cœur le mystère eucharistique. Je prends également quelques instants pour une prière personnelle, à l’école de la Parole de Dieu. Au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit.

 

Les moines de Keur Moussa chantent le Psaume 91. Consciemment je me rends présent à Dieu que je désire prier. Je viens avec tout ce qui a fait ma semaine, les moments heureux comme les moments plus difficiles. Avec reconnaissance je confie tout cela au Seigneur.

 

La lecture de ce jour est tirée du chapitre 12 de l’évangile selon saint Luc

En ce temps-là, du milieu de la foule, quelqu’un demanda à Jésus : « Maître, dis à mon frère de partager avec moi notre héritage. »
Jésus lui répondit : « Homme, qui donc m’a établi pour être votre juge ou l’arbitre de vos partages ? » 
Puis, s’adressant à tous : « Gardez-vous bien de toute avidité, car la vie de quelqu’un, même dans l’abondance, ne dépend pas de ce qu’il possède. » 
Et il leur dit cette parabole : « Il y avait un homme riche, dont le domaine avait bien rapporté. Il se demandait : ‘Que vais-je faire ? Car je n’ai pas de place pour mettre ma récolte.’ Puis il se dit : ‘Voici ce que je vais faire : je vais démolir mes greniers, j’en construirai de plus grands et j’y mettrai tout mon blé et tous mes biens. Alors je me dirai à moi-même : Te voilà donc avec de nombreux biens à ta disposition, pour de nombreuses années. Repose-toi, mange, bois, jouis de l’existence.’ Mais Dieu lui dit : ‘Tu es fou : cette nuit même, on va te redemander ta vie. Et ce que tu auras accumulé, qui l’aura ?’ Voilà ce qui arrive à celui qui amasse pour lui-même, au lieu d’être riche en vue de Dieu. »

 

Textes liturgiques © AELF, Paris

 

1

« Qui donc m’a établi pour être votre juge ? » Entendons cela : Jésus n’entend pas se mêler de tout, il y a des affaires qui ne le concernent pas, en tout cas pas directement. Voilà un point intéressant. Je considère mes propres soucis humains et matériels. Je les présente à Jésus ; et je l’écoute qui, ici ou là, me renvoie à moi-même.

 

2

« Ce que tu auras accumulé, qui l’aura ? » Terrible et sérieuse question. N’y a-t-il rien dans ma vie qui, en s’accumulant, finit par m’enliser ? Rien qui puisse s’appeler « attachement désordonné » ? En contemplant ma vie, je vérifie, ou plutôt je laisse Dieu vérifier ma liberté.

 

3

« Cette nuit même, on va te redemander ta vie ! » Cette formule lapidaire peut m’aider à faire la vérité. Et s’il s’avérait que tout s’arrête pour moi bientôt ? Est-il idiot d’y penser ? Je regarde mon existence présente, je la remets à Dieu, et j’accueille joyeusement la vie qu’il continue de m’offrir. Je suis en confiance.

 

Introduction à la deuxième écoute

Nous pouvons réentendre cette page d’évangile, le cœur disponible pour être touché par tel ou tel autre passage.

 

Invitation à un temps de prière personnelle

Après avoir médité sur l’évangile, il convient de parler au Seigneur. En ce dimanche, je peux lui offrir ma semaine.