Texte de la prière

Me voici en ta présence Seigneur. Donne-moi de t’accueillir, d’ouvrir mon cœur à ta parole. Qu’elle me rejoigne et me travaille dans mes paralysies et les lourdeurs qui m’empêchent d’être vraiment debout. Au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit.

 

La Communauté de Taizé chante Beati voi poveri. « Heureux les pauvres en esprit, car le règne de Dieu est à eux. » Avec eux je me dépouille de mes pensées, je les confie à Dieu pour qu’il me donne de ne penser plus que sous son regard aimant et bienveillant.

 

La lecture de ce jour est tirée du chapitre 9 de l'évangile selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus monta en barque, refit la traversée, et alla dans sa ville de Capharnaüm. Et voici qu’on lui présenta un paralysé, couché sur une civière. Voyant leur foi, Jésus dit au paralysé : « Confiance, mon enfant, tes péchés sont pardonnés. »
Et voici que certains parmi les scribes se disaient : « Celui-là blasphème. »
Mais Jésus, connaissant leurs pensées, demanda : « Pourquoi avez-vous des pensées mauvaises ? En effet, qu’est-ce qui est le plus facile ? Dire : “Tes péchés sont pardonnés”, ou bien dire : “Lève-toi et marche” ? Eh bien ! pour que vous sachiez que le Fils de l’homme a le pouvoir, sur la terre, de pardonner les péchés… – Jésus s’adressa alors au paralysé – lève-toi, prends ta civière, et rentre dans ta maison. »
Il se leva et rentra dans sa maison. Voyant cela, les foules furent saisies de crainte, et rendirent gloire à Dieu qui a donné un tel pouvoir aux hommes.

 

Textes liturgiques © AELF, Paris

 

1

Un paralysé est sur une civière. Cet homme est entouré d’amis qui l’amènent à Jésus. Je suis témoin de la rencontre. Je me laisse rejoindre par les mots de Jésus : « Confiance », « Mon enfant » « Tes péchés sont pardonnés ». Ces mots, que m’apprennent-ils sur Jésus ?

 

2

Je tourne le regard vers les scribes. Je sens leur fermeture, leur impossibilité d’accueillir l’événement. Je regarde Jésus qui affronte leur résistance et qui s’adresse à eux. Je sens son désir qu’eux aussi sortent, à leurs tours, de leurs paralysies.

 

3

Je me rends témoin de la vie à l’œuvre en Jésus. Il pardonne et libère le corps dans un même mouvement. Je vois l’homme debout, libre de ses mouvements, marchant puis rentrant dans sa maison, c’est-à-dire retrouvant un quotidien habité de la vie de Dieu. Quels sentiments naissent en moi ?

 

Introduction à la deuxième écoute

En réécoutant le passage, je me laisse interpeller par la puissance de pardon et de vie en Jésus. Je me laisse aussi révéler mes zones de résistances.

 

Invitation à une prière personnelle

Je m’adresse à Jésus, comme à un proche. Je peux lui demander le don de la foi et la grâce de pouvoir entendre moi aussi sa parole de guérison et de Salut : « Confiance, mon enfant, tes péchés sont pardonnés».