Texte de la prière

Pour commencer ce temps de prière, je me rends pour quelques instants attentif à ma respiration et aux battements de mon cœur. J’écoute, je sens. Puis je me dispose à être touché au cœur par la Parole de Dieu, pour qu’à mon tour je vive de l’amour du Père. Au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit.

 

La Communauté de Taizé chante Grande est ta bonté. Avec eux je demande à Dieu de me donner de sentir vraiment tout le soin, et tout l’amour qu’il a pour moi. Je le sens dans mon cœur, dans ma respiration. Je pèse son poids, et sa douceur.

 

La lecture de ce jour est tirée du chapitre 15 de l’Évangile selon Saint Luc

En ce temps-là, s’adressant aux pharisiens et aux scribes, Jésus disait cette parabole :
« Si l’un de vous a cent brebis et qu’il en perd une, n’abandonne-t-il pas les 99 autres dans le désert pour aller chercher celle qui est perdue, jusqu’à ce qu’il la retrouve ? Quand il l’a retrouvée, il la prend sur ses épaules, tout joyeux, et, de retour chez lui, il rassemble ses amis et ses voisins pour leur dire : ‘Réjouissez-vous avec moi, car j’ai retrouvé ma brebis, celle qui était perdue !’
Je vous le dis : C’est ainsi qu’il y aura de la joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se convertit, plus que pour 99 justes qui n’ont pas besoin de conversion. »

 

Textes liturgiques © AELF, Paris

 

1

Dans le cœur du bon pasteur, il y a place pour tout le monde. Ce cœur est incomplet, insatisfait, tant que tout le monde n’y est pas. Je peux laisser résonner en moi ce grand désir de Jésus : tout le monde a vocation à être inclus dans sa communion d’amour, y compris les plus perdus. Ce désir est si fort !

 

2

Les longs efforts du bon pasteur valent la peine. Certes, il prend un risque en laissant 99 brebis, mais quand il a retrouvé celle qui s’était perdue, il la prend sur ses épaules, tout joyeux. Je me laisse toucher par cette joie simple et profonde. A quel moment ai-je déjà goûté à une telle joie ?

 

3

Non seulement il y a de la joie en Dieu, mais Dieu ne garde pas cette joie pour lui. Il la partage. A chaque brebis retrouvée, tout le monde y gagne, et tout le monde peut se réjouir. Je laisse remonter à ma mémoire des moments de joie intensément partagée, dans la simplicité évangélique.

 

Introduction à la deuxième écoute

Je réécoute le passage biblique : je me laisse à nouveau imprégner de la parole de Jésus.

 

Invitation à un temps de prière personnelle

Jésus s’est adressé à moi. A moi maintenant de m’adresser à Jésus, comme à un bon pasteur qui désire toujours que je revienne à lui, quoi qu’il arrive. Je lui parle de mon cœur à son cœur.

 

Prière finale

Seigneur, donne-nous de ressentir tes sentiments, les sentiments de ton cœur par lesquels tu aimes le Père et les hommes. Jamais personne n'a montré de plus grand amour : tu as donné ta vie pour tes amis jusqu'à l'anéantissement total par ta mort sur une croix. Nous voulons t’imiter en cette suprême offrande de toi-même, et aussi dans la vie de chaque jour, en agissant, dans la mesure du possible, comme tu le faisais. Amen.